Nordlys de Port Vila
Grand spectacle, ces jours-ci, à l'Herbaudière ! Hier, alors que j'étais tranquillement avachie à boire un café sur les bancs du Mar Y Pôles de retour du Grand Pavois - ils venaient récupérer un bastaing laissé sur le parking de Nimic II durant leur prestation rochelaise - l'émoi saisit les habitués du port : les deux canots de la SNSM rentraient en remorque un vieux gréement d'une vingtaine de mètres apparemment en panne de moteur, avec panache et dans toutes les règles de l'art. Aujourd'hui je suis allée voir de plus près le schooner battant pavillon du Vanuatu (note à Natoïka : tu n'es plus seul de ton espèce...!)

Après renseignements, il s'avère que le Nordlys professe depuis quelques mois de faire du transport équitable : sans consommation de carburants fossiles, et donc sans moteur, ce qui explique le recours à la SNSM pour entrer dans le port ; et justifie le pavillon d'une île du Pacifique où il n'a aucune chance de se rendre, simplement parce qu'il y est encore toléré d'accoster sans moteur. Le Nordlys court donc les ports européens à la recherche de fret répondant à cette philosophie. Pourquoi l'Herbaudière ? Un client privé de Noirmoutier a commandé quelques centaines de litres d'huile d'olive, dont la totalité était déjà vendue par souscription. Alors, coup de marketing bobo ou tendance de fond ? On comtemplera avec amour les vieilles boiseries pour éviter de réponde ;)
Poulies vintage du Nordlys

Sur Nimic II, les boiseries de pont pourraient se plaindre de ne pas recevoir les mêmes attentions : c'est à la résine époxy que je viens de traiter les zones pourries des planchers de baignoire et de bancs... Ca avance, on vous dit !
Application de résine sous les planchers