Nimic dans sa toile de sécurité Ils disaient : tu ne vas pas rester à bord, hein ? Comme une araignée dans sa toile, Nimic II s'est préparé à accueillir Gabrielle, la première tempête à traverser le Golfe cet hiver. Le noroît prévu juste par le travers du bateau le basculerait vers le ponton sous l'effet du fardage. Fallait-il fuir vers le fond du port, ou rester appuyé sur le gros pieu du ponton de la SNSM ? On a choisi. Le jeu est d'éviter que les deux masses entrent en collision, avec retenues, amarres et autres défenses renforcées style pneus de camion. L'équipe du port n'était d'ailleurs pas en reste de vérifications.
Vérifications avant tempêteRafales à 12 Finalement, en situation, ça ne dépasse pas les quinze degrée de gite. Par contre, l'anémonètre s'est pris quelques trépidations, dont on a pu saisir les plus modérées. La pointe à 62,1 noeuds a échappé à la vivacité de notre objectif ;) On s'en tire avec un sommeil bien moins troublé qu'en mer et juste quelques traces noires sur le gras de la coque Yess !