Flekkeroy en baie de Baiona
Pas sûr que le titre de ce post soit au goût de ses destinataires, parce qu'on n'a pas trouvé sur notre clavier le caractère approprié pour prononcer le "eu" qui doit se lire sous le o : en norvégien, le o est barré en oblique ;) Mais j'espère que Klara et Bernhardt me le pardonneront. Ils étaient conviés hier soir à bord de Nimic II pour les remercier (surtout Klara) d'avoir aidé à nous dégager de la vilaine bouée précédemment signalée. Aujourd'hui ils partent vers les îles Cies à bord de leur magnifique vieux gréement, autour duquel Bernhardt fait sa vie depuis une quinzaine d'années, et que Klara a rejoint il y a presque dix ans. Depuis lors, ils utilisent leurs compétences propres pour financer leurs aventures communes autour de l'Atlantique : il est mécanicien, elle est charpentier de marine. Quand on leur demande comment ils font pour entretenir leur monture, leur réponse symétrique est : "je me suis adjoint les compétences nécessaires !". Et on aura remarqué, sur le cliché joint, que les outils les plus solides (comme un guindeau à bringuebale, par exemple) ne résistent pas à Klara ;)
D'ailleurs, tandis que Flekkeroy étalait stoïquement le coup de vent au mouillage dans la baie, Nimic profitait de l'annonce de l'arrivée imminente de ses pièces de rechange pour se la couler douce au ponton. En compagnie d'oiseaux de passage venus profiter de l'abri local, comme le superbe et tout neuf RM Natalia, par exemple, que Thomas et sa famille nomade ont tout de suite repéré. Bons vents à tous ces navigateurs.
Natalia démarre vers la Méditerrannée
Quant à Nimic, euh... comment dire ? Pour éviter d'avoir à incriminer les transporteurs locaux, les trafiquants internationaux ou les prestataires approximatifs, on dira qu'il y a toujours des bricoles en cours pour vous retenir à bon port, comme ici un ajustement de la casquette de la chaussette du gennaker Yess ! De retour au mouillage dans l'attente de meilleures nouvelles, je vous embrasse !
Mise au point du gennaker