Skyte surfers à Baiona
Lever sur la route de Peniche
Sieste sur la route de Peniche
Rencontre sur la route de Peniche
Nous voilà à Peniche, petit port de pêche de la côte portugaise au nord de Lisbonne, qui doit son nom à sa position de paquebot faisant face à la mer. Nimic II vient de faire le tour de ces falaises, dans le coup de tabac prématuré, impressionnant ! Il nous a fallu trois nuits depuis Baiona, car les vents n'ont pas été coopératifs. Du sud-ouest oscillant en fin de parcours nous a valu une longue période de bords de près. J'ai peaufiné ma technique pour faire passer le foc sans le coincer dans l'étai de la trinquette, et donc sans être obligée d'aller sur la plage avant pour le faire passer : petite reprise à l'enrouleur, virement vent arrière, et le tour est joué :)
Reste quelques questions couleur locale. D'abord, il y a sur la carte à environ cinq milles de la côte une magnifique ligne continue dessinée en poissons qui porte la mention 'zone de pêche'. Comme il y a des pêcheurs, des filets ou des casiers partout, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de cette ligne, quelle est sa signification : dedans ou dehors ? particuliers ou professionnels ? espèces protégées ? Mystère, un éclairage serait le bienvenu.
Paz no mundi de Nazaré Ce matin bien avant l'aube, je louvoyais laborieusement entre la côte et le rail au large, et nous franchissions donc régulièrement cette démarcation en tâchant d'éviter les bouées des pêcheurs. Alors que je venais de mener à bien mon dernier virement à terre, un coup d'oeil à la carte AIS me signale l'apparition sur le plan d'eau d'un bateau tout juste sorti du port de Nazaré, que nous venons de passer un peu plus au nord. Il est nommé Paz No Mundo, fort à propos pour un nazaréen, me dis-je. Il est encore à une poignée de milles et je décide de surveiller son chemin vers les zones de pêche avant d'aller repiquer un petit roupillon. Rapidement, sa route indique une trajectoire de collision avec celle de Nimic II. Nous sommes établis au près serré, sur un bord qui doit durer au moins trois heures, donc je le laisse venir pour qu'il fasse les corrections nécessaires. Une heure plus tard, il a légèrement infléchi sa route, qui semble indiquer qu'il va nous rattrapper et croiser la nôtre un peu devant. Je le regarde passer sous le vent, tous feux allumés, en attendant qu'il dégage la route pour aller me recoucher. Et là, surprise : le bateau s'arrête à trois cents mètres juste devant nous, puis commence à faire le bouchon pour une manoeuvre de... je ne sais pas trop quoi, puisqu'il n'est pas indiqué 'en pêche'. Nous avons juste la place de glisser à son vent, à quelques dizaines de mètres.
Je suis ahurie, abasourdie, sous le choc. Depuis deux heures, n'a-t-il pas repéré notre bateau, tout occupé qu'il était à préparer sa manoeuvre ? Ce serait tout de même incroyable. A-t-il au contraire voulu optimiser les contraintes en allant jusqu'à la limite qui lui permettait de démarrer ses opérations tout en nous laissant le passage ? Alors là, chapeau ! Il faut bien dire que ma première réaction était de nous penser l'objet d'une certaine hostilité... Dix heures plus tard, le Paz No Mundo est toujours au même endroit, sans plus d'indications sur les opérations en cours. Encore un mystère de la zone de pêche portugaise. Quelqu'un aurait des expériences similaires à raconter ?