Lever de soleil en poupe
Ces quatre jours jusqu'à Porto Santo, le soleil est apparu le matin en poupe dans le sillage de Nimic II. Nous avons quitté le continent par brise modérée de nord-est sur un grand bord de largue tribord amure vers les îles du large pour une première vraie route océanique en solitaire. Euh... en duo, le bateau et moi !
Croisement de cargo
Ou plus sûrement même est-ce en trio, et je ne parle pas de notre furtif et indésirable rongeur de fils. Je ne suis pas seule. Tu es avec moi. Les étoiles étincelantes même cachées, les nuages et les vagues insaisissables, le vent de leur musique, les oiseaux grands voyageurs, les habitants des abysses mystérieuses, le bateau que tu as juste effleuré et son passager clandestin, tout me parle de toi. Fifou. Juste pour mesurer ma folie à la tienne, sache que tu n'es pas seul. Je suis avec toi. Tout le temps. Mon bonheur n'est pas de pavoiser une bannière de solo sailor, elle est là pour la sécurité et je suis prête à l'amener. Mon bonheur serait, est de partager cette aventure avec toi. Echange ou poésie, rêve ou partenariat réel, sous une forme ou sous une autre, c'est cadeau. Tu es avec moi. Tout le temps. Tout fou, tout flou que tu sois. Fiflou. Merci. Ce soir, plutôt que sur la couchette de quart je rêve au mouillage dans la cabine du pacha :)
Rêve de Porto Santo