Pointe des Galets
Lamanage au port
Personne ne se souvient plus vraiment d'où il arrivait. Tout le monde sait qu'il s'est installé ici avec des idées folles glanées dans les bibliothèques et les tavernes des ports. Il a épousé la fille du Gouverneur avant de repartir pour un long voyage. Et c'est lui qu'on fête aujourd'hui parce que sa vision du monde l'a transformé à tout jamais. Son nom ? J'ai déjà eu l'occasion de le citer dans ce blog... travaillez un peu, que diable ! Lui était un peu plus glamour que le parasite que je tente vainement d'implanter maintenant au même endroit, hinhin.
Collection de ratières
Dans la récente collection de ratières de Nimic, quelle est celle qui a produit le résultat souhaité, le cube de bois chinois, la méchante tapette industrielle ou la cage à ressort malaisienne ? Réponse : aucune ! Pendant toute la semaine l'animal a soigneusement évité les pièges disposés à son intention sur ses destinations gourmandes, et slalomé chaque nuit jusqu'au bouquet de ciboulette qu'il a dévoré avec délices, non sans laisser trace de ses agapes sur les coussins du carré. Je me suis résolue à semer en plus deux appâts empoisonnés, qui, oh miracle, ont disparu aussitôt ! Le rongeur rongé est probablement en train de cuver fatalement sa gourmandise quelque part dans les fonds, où je le repèrerai un de ces jours à cause de son odeur de putréfaction :(
L'énergie du vivant
Migrant de prestige, migrant des bas-fonds... migrants travailleurs ? C'est l'accroche du jour, la surprenante découverte, entre port et montagne, d'une toute nouvelle unité de production de carburant biosynthétique, qui fait travailler les algues : Buggy Power, l'énergie du vivant ! Je vous en dirai plus si j'ai l'occasion d'y aller voir de plus près :)
Mouillage à Porto Santo
Bon, allez... Pour ceux qui donnent leur langue au chat, je signale qu'un nouveau navire vient de se glisser dans le port... Ca vous en dit un peu plus sur ce mystérieux migrant, non ?
Santa Maria do Colombo