Canardage

Il y a les pêcheurs qui partent au petit matin vers le meilleur endroit pour plonger leurs lignes et espérer y faire la prise du jour, bar et autres bonites. Le voileux vit avec eux au ponton en entente cordiale, pour autant qu'ils n'y laissent pas les reliefs de l'étripage de leur cargaison du jour.

Depuis peu - l'ouverture date de la semaine dernière, il y a également les chasseurs. C'est extrêmement déplaisant d'être réveillé par des coups de feu à quelques dizaines de mètres de son bateau. D'entendre les départs tourner autour du port, comme s'il était le centre de la battue. De se sentir cerné, en fin de compte, sans pouvoir y objecter puisqu'il s'agit d'un loisir légal, dûment sécurisé et supposément sans risque. Je sens monter une empathie douloureuse pour les mouettes qui clament au-dessus du port ou les lapins que j'ai croisés à l'occasion de mes promenades dans les champs de patate.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet