dimanche 24 janvier 2021

Kourou

Maquette d'Ariane 5, échelle 1, janv. 2021
Le 20 janvier, pendant que vous étiez agglutinés devant vos télés pour surveiller le bon aboutissement de la procédure de changement de POTUS, je devais répondre à une angoissante question : lequel des trois programmes de l'Agence spatiale européenne aurait ma préférence ?

Le lanceur russe Soyouz pour les moyens cargos ?
Soyouz ou la coopération Est-Ouest, janv. 2021
Fosse de lancement de Soyouz, janv. 2021
Le programme Vega pour les petites charges ?
Rampe de tir Véga, coopération Nord-Sud, janv. 2021
Ariane 5 et ses batiment d'intégration lanceur ou bâtiment d'assemblage final ?
BIL et BAF d'Ariane 5, janv. 2021
Pas de tir d'Ariane 5 et son château d'eau, janv. 2021
Gicleurs pour tamponnage du lancement à l'eau, janv. 2021
A l'issue de la visite guidée du centre spatial guyanais, une seule réponse s'impose à moi : ils se complètent les uns les autres, dans une splendide métaphore du développement humain... BIL, BAM, ergol et autre tamponnage hydraulique sont autant d'éléments poétiques qui relient l'ingéniosité créatrice au sentiment diffus de son inutilité face à la puissance cosmique, de sa futilité dans la diversité naturelle.
Le guide nous l'a assuré, il y a un aï visible quelque part dans ce manteau de verdure, l'avez-vous trouvé ? Moi, non !
Biotope du mouton paresseux, l'aï pour les scientifiques, janv. 2021
Par contre, c'est sur l'estran du fleuve que le biotope exprime sa vitalité, par exemple quand l'ibis l'arpente en quête de son bol alimentaire.
Le long chemin de l'ibis bleu en pêche, janv. 2021

dimanche 3 janvier 2021

Bye bye 2020, le futur est à nous !

Vestiges de soudure, janv. 2021
Ça, c'est un des derniers couchers de soleil de l'année 2020, quand on profite des éclaircies entre les grains pour faire avancer les travaux en cours. Les voisins de mouillage sont toujours prêts à proposer leurs compétences variées, par exemple pour changer la partie rouillée du bordé (merci Benoît d'Adventure et Jules de Vénus II), et permettre ainsi au pont de Nimic de retrouver sa fraîcheur. Merci à eux tous !

Vestiges de papillons, janv. 2021
Pour encourager la sortie de l'année 2020, j'ai pu visiter le village forestier de Cacao, à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Cayenne. C'est toute une colonie d'immigrants indochinois des années 1970 qui s'est vu attribuer par la France l'usufruit d'une ancienne exploitation de cacaotiers, où ils ont acclimaté des espèces apportées avec eux. Les Hmongs fournissent maintenant l'essentiel de la production maraîchères en Guyane, à base d'essences exotiques toutes plus délicieuses les unes que les autres. Sur les vestiges de la colonisation, c'est donc une expérience de mixité réussie. Du coup, Cacao est une des destinations préférées des touristes, et on y trouve même un musée de la Guyane, qu'un animateur passionné enrichit de trouvailles exceptionnelles, dépouilles de vie animale, vestiges de vies de bagnards ou des peuples autochtones.
Vestiges d'amérindiens, janv. 2021
Vestiges de bagnards, janv. 2021

Au fil des heures, mon safari photo perso rapporte des trouvailles que je vous livre en vrac :
...guêpe maçonne en charroi des matériaux de son prochain nid
Guêpe maçonne, janv. 2021
...aigrette à la poursuite de son prochain repas
Aigrette en chasse, janv. 2021
...ou poisson échappé à son prédateur naturel ;)
Poisson chassé, janv. 2021

Tout ça nous a fait entrer en douceur dans l'année 2021, en compagnies des équipages de Métisse et d'Opik, et, outre ceux déjà cités, avec l'amitié d'Obéron, Kerjadenn, Jocéba, Le Syrah, Océanite, Calysé, Nomade, Ti-Flod, Calogne et Marie-José, sans oublier Maurin, arbitre local ;) et toute la petite famille d'Anahita.
Que les projets aboutissent donc en 2021, en Guyane ou ailleurs dans le monde !
Front de mer à Cayenne, janv. 2021
Vestige de 2020, janv. 2021