samedi 31 décembre 2022

Quatre, trois, deux...

...un, soleil ! Tous les soirs, à l'affut du rayon vert, notre baie ouvre directement sur la Puesta del Sol, comme le célèbre mon restaurant favori sur la plage.
quatre_0100.JPG, déc. 2022
Ou alors, est-ce un concours de mâture ? C'était au début de la semaine au petit matin, je m'échinais à acquérir l'angle de machette parfait pour ouvrir la noix de coco que j'avais ramassée la veille sur la plage. Je relevai la tête entre deux coups quand j'aperçus une grande masse de voiles apparemment gonflées loin vers l'horizon, à l'entrée de la baie. Tiens, ça ressemble à ce que j'avais vu derrière l'île hier soir...
quatre_0150.JPG, déc. 2022
quatre_0200.JPG, déc. 2022
quatre_0205.JPG, déc. 2022
Et quand j'eus enfin gagné le plaisir de boire l'eau de coco directement à la noix, une machine à quatre mâts était là, devant moi, presqu'incongrue dans son énormité, se balançant gentiment sur sa chaîne. Des youyous commençaient à en déverser les passagers sur la plage. Toute la journée je me suis prise à méditer sur les mérites comparés des différents types de navigation... avec une certaine ironie, je dois bien dire, car pendant ce temps-là, les personnels de la marina remorquaient au moteur vers son champ d'exercice le petit dériveur qu'ils acceptent entre leurs digues pour donner des leçons de voile aux enfants (capricieux ou ingrats ?) des propriétaires pêcheurs au gros (moteur).
quatre_0210.JPG, déc. 2022
quatre_0300.JPG, déc. 2022
quatre_0310.JPG, déc. 2022
quatre_0315.JPG, déc. 2022
quatre_0320.JPG, déc. 2022
quatre_0323.jpg, déc. 2022
Et puis, le soir, le Wind Song - puisque c'est son nom - faisait le spectacle dans le coucher du soleil, lui volant la lumière durant la nuit, avant de disparaître dans la brume du matin, traînant un souvenir fugitif comme un mirage.
quatre_0335.jpg, déc. 2022
Après une journée passée en arguties laborieuses avec le fournisseur d'internet qui se targue de permettre toutes les transactions directement depuis leur application sur téléphone - mais omet de maintenir la connexion pour permettre le renouvellement à distance du pack d'abonnement, c'est en faisant mon tour sur le pont la nuit suivante que j'ai constaté que le mastodonte se représentait dans nos parages...
quatre_0400.jpg, déc. 2022
Gaussez-vous, gaussez-vous...! Je donne un point, et même un tour gratuit sur Nimic, à ceux qui ont remarqué du premier coup : ce n'est pas le même...
quatre_0440.jpg, déc. 2022
Et moi, j'ai vraiment commencé à faire attention à la différence entre une goélette à quatre mâts et un trois mâts carré - comme le nouvel arrivant Sea Cloud Spirit - quand il y en a eu deux dans mon champ de vision, lol
quatre_0500.JPG, déc. 2022
quatre_0550.JPG, déc. 2022
A ce moment-là, toute la plage s'est animée pour admirer le spectacle !
quatre_0600.JPG, déc. 2022
quatre_0620.JPG, déc. 2022
quatre_0630.jpg, déc. 2022
quatre_0690.JPG, déc. 2022
...jusqu'au moment où, l'un après l'autre, ils ont tiré leur révérence.
quatre_0700.JPG, déc. 2022
Mais lequel est le plus beau ? Quatre, trois, deux mâts...? c'est Nimic II, ya pas photo !
quatre_0800.JPG, déc. 2022

vendredi 16 décembre 2022

Sous le soleil de Tarzan !

Bien calé devant la plage de Herradura, à l'entrée de la baie de Puntarenas, Nimic II attend quelques travaux de maintenance pour son système de gouvernail qui commence à râler sérieusement. Un petit nettoyage des câbles rendrait tout ça beaucoup plus fluide.
La capitaine se laisse prendre à l'ambiance acrobatique du lieu, à laquelle contribuent allègrement...
...le coucher de pleine lune
2022_12_tarzan_0100.JPG, déc. 2022
...les pélicans en pêche
2022_12_tarzan_0115.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0130.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0135.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0140.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0145.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0150.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0155.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0168.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0172.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0174.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0176.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0180.JPG, déc. 2022
...les pêcheurs au toujours plus gros
2022_12_tarzan_0220.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0250.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0290.JPG, déc. 2022
...le moussaillon à bord
2022_12_tarzan_0300.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0410.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0415.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0420.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0417.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0450.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0460.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0490.JPG, déc. 2022
...le moussaillon à la plage
2022_12_tarzan_0500.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0510.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0520.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0530.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0540.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0550.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0555.JPG, déc. 2022
...le moussaillon avec son papa
2022_12_tarzan_0560.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0600.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0610.JPG, déc. 2022
...pour un exploit qui a propulsé le moussaillon au grade de matelot
2022_12_tarzan_0690.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0700.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0710.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0720.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0730.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0740.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0750.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0755.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0760.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0770.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0775.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0780.JPG, déc. 2022
2022_12_tarzan_0785.JPG, déc. 2022
...et le matelot nouvellement promu dans la canopée !
2022_12_tarzan_0900.jpg, déc. 2022
2022_12_tarzan_910.jpg, déc. 2022
Du coup, je m'y suis mise aussi :) Joyeux Noël !
2022_12_tarzan_950.jpg, déc. 2022

jeudi 8 décembre 2022

Alizés ou ZITC ?

2022_12_zitc_010.JPG, déc. 2022
...ou quoi ? Ah oui, zone intertropicale de convergence, le sigle qui décrit le mélange de basse pression, pluie, pétole, grains et hygrométrie élevée que l'on trouve sur les océans à la ceinture équatoriale, où se rencontrent les systèmes dynamiques connus en Français sous le nom d'alizés, trade winds en Anglais. La ZITC est ce qui attire immanquablement vers la Guyane un voilier qui flotte au large des Canaries, au bonheur des alizés. La ZITC, nommée alors pôt-au-noir, était la hantise du capitaine de commerce à la voile, car son bateau y restait encalminé des jours, voire des semaines, avec équipage et cargaison, que l'équipage mangeait quand il avait faim, ou passait par-dessus bord pour alléger et en sortir plus facilement. On comprend bien que le sordide nom des récits d'époque soit maintenant banni !
Après quelques aléas de départ, genre bricolage de la commande du mouillage, la ZITC - prononcez comme vous voudrez - est le système météorologique dont Nimic II voudrait bien ressortir, après en avoir intimement éprouvé l'humidité et l'instabilité en Guyane, à Chaguaramas et à Baia Solano, comme sur tous les trajets qui les relient.
2022_12_zitc_013.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_014.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_015.jpg, déc. 2022
J'ai donc écrit ces mots quelque part au Sud de Panama dans une bulle de pétole entre deux grains. Nous avions dérapé de Baia Solano pour le Costa Rica cinq jours auparavant, et progressé vers le but d'exactement 132 milles, soit une moyenne de 1 noeud ! ...et quelques centièmes, je vous l'accorde.
2022_12_zitc_021.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_022.JPG, déc. 2022
C'est que, au symétrique de ce que nous avions rencontré vers Panama, la route directe s'oppose aux vents dominants et forts courants induits par les gyres océaniques. Il faut ruser, tirer des bords en profitant des variations d'angle, passer de l'enthousiasme au désespoir quand la pétole dure de longues heures et laisse le contre-courant anéantir quelques milles de progression.
2022_12_zitc_023.JPG, déc. 2022
Le dimanche, j'avais eu ma première matinée de vrai soleil depuis de longs mois, avec un vent de sud-ouest bien établi qui suggérait l'alizé que j'étais allée chercher au Sud. Le bateau naviguait tout seul vers l'Ouest-Nord-Ouest, j'ai enfilé un mini-short et un débardeur après une bonne douche.
2022_12_zitc_024.JPG, déc. 2022
Me suis mise à bronzer pendant quelques heures. Ai regardé d'un oeil critique la barre de nuages qui montait à l'horizon, suggérant qu'on allait repasser de l'autre côté.
2022_12_zitc_025.JPG, déc. 2022
Pas assez de Sud, me suis-je dit. Alors, nous avons enfourché la démarcation, pour la chevaucher le plus longtemps possible vers l'Ouest.
2022_12_zitc_035.JPG, déc. 2022
A Estelle qui m'avait demandé quel était mon évènement préféré depuis que je navigue seule, j'ai répondu "la transat en solitaire, ya pas photo !". Eh bien, ici non plus, "ya pas photo !", mais pour une autre raison, c'est que quand on tient la barre pendant des heures avec application pour profiter à la fois du spectacle et des conditions les plus favorables, on ne tient pas aussi son téléphone à la main ! On peut juste raconter... les tonnes d'eau qui s'abattent sur les vagues et les ratatinent... l'alternance des bouffées d'air chaud ou frais... les sautes de vent qu'il faut déjouer... la perte de confiance quand on se rend compte que le GPS a glytché une fois de plus alors qu'on n'y voit pas à vingt-cinq mètres... le retour de courage parce qu'il fait heureusement jour et que le bon vieux compas magnétique suffit... la file des cargos qui signale qu'on est en train de traverser leur route Sud vers le Pérou... l'entrée en nuit en espérant qu'on restera du côté alizés... et la nuit sans sommeil parce q'on a enchaîné les virements avec plus de vingt noeuds de vents !
Dans mon étude sur les zones de crise, celle de l'Afghanistan en particulier, je qualifie de transactifs ceux qui conjuguent les dynamiques internes et externes à ces zones, pour en faire tirer le meilleur parti à tous. Un marin est par définition un transactif, un humain né de, par et pour la mer, une particule en mouvement de l'univers en mouvement. Je suis sur cette marge, aussi longtemps que ça tiendra, un vieux bateau et une dame non moins fatiguée et néanmoins enthousiaste, qui n'a rien de mieux à faire que de chevaucher une zone de fracture des systèmes météorologiques, parce que les puissants du monde ne s'intéressent pas à raccommoder les crises qu'ils ont produites. Et laissent des millions d'humains littéralement en déroute, sans soutien ni considération alors que leur expérience des crises en font un capital inestimé de compétences multiculturelles.
Comme Nooria, une amie afghane qui pendant dix ans a fait vivre trois générations de toute sa famille avec son salaire de comptable dans une ONG internationale. A dû quitter Kaboul en août 2021 avec ses deux jeunes enfants à l'arrivée des talibans, parce que son mari venait de décéder de la Covid. S'est retrouvée en Californie dans le plus grand dénuement parce qu'elle ne sait pas conduire pour aller à la recherche d'un emploi. Parce qu'en Afghanistan, on survit en évitant de faire des vagues dans la pétole et en restant à l'abri dans les grains.
D'ailleurs, c'est en allant profiter de ma couchette à un moment de calme que j'ai trouvé, enfin, un début de réponse aux sautes répétées du GPS... Après cette journée de déluge, le drap portait une belle mare d'eau douce dont j'ai repéré l'origine dans la boîte des connecteurs au pied du mât d'artimon. Ca sera un de mes prochains chantiers !
Alors, alizés ou ZITC ? Ou si vous préférez... dernière île de Colombie, ou premier lever de soleil du Costa Rica ?
2022_12_zitc_080.JPG, déc. 2022
Les deux, comme dirait le général !
2022_12_zitc_082.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_085.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_086.JPG, déc. 2022
Et heureusement, après toute une nuit de pétole à tournoyer dans le flux de courant qui rentrait dans la baie de Puntarenas vers le Nord-Est, bienvenue au Costa Rica ! Nous avons finalement atterri dans la baie de Herradura, et sommes en cours de formalités diverses.
2022_12_zitc_092.JPG, déc. 2022
2022_12_zitc_094.JPG, déc. 2022

mardi 22 novembre 2022

Merci à Mutis...

...la grande métropole de Bahia Solano !
Son comité d'accueil...
2022_11_mutis_010.JPG, nov. 2022
2022_11_mutis_011.JPG, nov. 2022
2022_11_mutis_013.JPG, nov. 2022
Ses paysages marins...
2022_11_mutis_020.JPG, nov. 2022
2022_11_mutis_021.JPG, nov. 2022
2022_11_mutis_030.JPG, nov. 2022
2022_11_mutis_032.JPG, nov. 2022
Sa marina...
2022_11_mutis_040.JPG, nov. 2022
Sa piscine...
2022_11_mutis_041.JPG, nov. 2022
Son travel-lift...
2022_11_mutis_043.JPG, nov. 2022
Son port de commerce...
2022_11_mutis_044.JPG, nov. 2022
Sa forêt vierge...
2022_11_mutis_045.JPG, nov. 2022
Son mirador...
2022_11_mutis_048.JPG, nov. 2022
Sa protectrice...
2022_11_mutis_049.JPG, nov. 2022
Ses douches publiques...
2022_11_mutis_050.JPG, nov. 2022
Ses bains multicolores...
2022_11_mutis_051.JPG, nov. 2022
Ses montagnes qui dégringolent dans la mer...
2022_11_mutis_052.JPG, nov. 2022
...et ses arcs-en-ciel !
2022_11_mutis_053.JPG, nov. 2022
Et parce que ça faisait bien longtemps que je ne vous en avait rien dit, voici les dernières nouvelles de l'hydrolienne, entièrement démontée puis remontée pour la débloquer après son dernier caprice !
2022_11_mutis_080.JPG, nov. 2022 Ah... et puis j'ai complété ma panoplie de techniques : je sais maintenant débrancher le câble d'embrayage pour charger les batteries même au mouillage, une mesure d'urgence quand le soleil ne se montre pas beaucoup (un euphémisme ?)
2022_11_mutis_082.JPG, nov. 2022
On repart demain pour le Costa Rica !

lundi 24 octobre 2022

Feliz Cumpleanos

Comment célébrer dignement son soixante-dixième anniversaire quand on vient d'arriver dans le patelin le plus isolé du monde, qu'on n'y connaît personne depuis plus de deux jours, qu'il pleut des cordes chaque jour, et que Nimic II a encore besoin de soins intensifs avant de reprendre la mer ?
De la pluie..., oct. 2022
...encore de la pluie !, oct. 2022
De la jungle autour de la baie, oct. 2022
Quelques palmiers en bord de mer, oct. 2022
Des animaux les pieds dans l'eau, oct. 2022
De la verdure, oct. 2022
Thon à la plancha et beignets de platanas, oct. 2022
...au bouiboui local, oct. 2022
En se faisant plaisir à l'hôtel Costa Choco - grande chambre, douche, laverie pour le linge, bière Chocolatal brassée dans les lieux et pizza du patron - quasi déserté en cette saison parce que les baleines sont déjà parties et les pêcheurs au gros attendent une saison un peu plus sèche.
Juste au coin de la rue, oct. 2022Hôtal CostaChoco, anciennement Balboa, oct. 2022
En surplomb sur le bourg, oct. 2022
Le repaire des pêcheurs au gros, oct. 2022
...et des amateurs de bière !, oct. 2022
...déjà organisé par Pablo Escobar !, oct. 2022
C'est une proposition d'Alain, qui a racheté il y a cinq ans le palace construit par Pablo Escobar à sa belle époque pour y entretenir ses obligés de tous statuts.
Aménagements originaux, oct. 2022
avec un peu de technologie..., oct. 2022
Un hâvre de sérénité, oct. 2022
Au comptoir du bar, oct. 2022
Salle à manger sur rue, oct. 2022
Magnifiques restes, mis en valeur par les aménagements d'Alain (aidé par les talents de couturière de sa mère pour les coussins): "C'est un projet de long terme, à un moment ça me rapportera gros", dit-il.
Luxe épiscopal, oct. 2022
Lustre gigantesque, oct. 2022
...donnant sur le ciel !, oct. 2022
...pour se faire pardonner ? oct. 2022
Du coup, un hôtel grand luxe pour une cinquantaine de personnes, oct. 2022
On imagine bien les fêtes qui ont pû s'y tenir...
Ouverture sur le jardin, oct. 2022
Juste derrière les coussins, oct. 2022
...et vue sur le sous-bois, oct. 2022
...et les naiades dans la piscine !
On peut aussi faire trempette, oct. 2022
En agréable compagnie, oct. 2022
Et se faire bichonner ;), oct. 2022
Joyeux anniversaire, merci !, oct. 2022
Il y a même eu un feu d'artifice :) Il paraît qu'ils font ça de temps en temps, on peut le prendre pour une attention spéciale, non ? Merci à tous les Chocoïens !

samedi 22 octobre 2022

Vous connaissez Bahia Solano ?

Moi non plus, jusqu'à ces jours-ci !
Le moral n'était pas au beau fixe en partant de Panama : trop de dissonance entre mes aspirations à la tranquillité et les pratiques locales, trop d'incertitude sur les escales à venir au Costa Rica. Mais on est parti, entre les cargos qu'on avait côtoyés dans le Canal et les grains qui s'amoncelaient.
Cargo en sortie du canal de Panama, oct. 2022
Ça se bouscule à la sortie du Canal, oct. 2022
De la pluie..., oct. 2022
...encore de la pluie !, oct. 2022
C'est là que l'imprévu de toute route à la voile s'impose : l'accroche de la capote de la descente lâche, alors que je cherche une route au plus près et que des litres d'eau salée risquent d'entrer dans le carré à chaque vague un peu forte. Il va falloir modifier les plans.
Le piètement de la capote a lâché !, oct. 2022
Descendre le vent, ce qui nous mènera... en Colombie ! Heureusement que j'ai la carte d'Amérique du Sud sur mon traceur, ce qui me permet d'identifier sur des centaines de milles de côte à jungle un seul endroit avec quelques phares, droit à l'Est sous le vent, très isolé mais habité à l'évidence. Un village de pêcheurs pour touristes, me dit G.P. Parfait, des ouvriers traditionnels pour un vieux bateau comme Nimic !
Sous l'attention lointaine d'un navire 'en opérations militaires' on y arrive grand largue poussés à sept noeuds de moyenne par la houle du Pacifique dans la nuit de lundi à mardi. J'y mouille à l'oreille suffisamment loin du ressac et néanmoins à profondeur ad-hoc sur une langue de sable à raz de la mangrove.
Le lendemain, stupéfaction : nous sommes tout à l'opposé de ce qu'indiquait la position GPS sur le traceur. D'ailleurs, comme j'ai décidé de nous rapprocher du ponton des pêcheurs, je vais choisir la position au sondeur : selon la carte Garmin c'est à trois cents mètres à l'intérieur des terres que Nimic II est maintenant mouillé depuis plusieurs jours.
Trois cents mètres à l'intérieur des terres..., oct. 2022
...une nouvelle compétence pour Nimic !, oct. 2022
En fait à deux cent mètres du ponton des pêcheurs !, oct. 2022
Le village de Mutis est donc bien caché au fond de la baie de Solano. Et je vais rapidement découvrir que c'est en fait la métropole locale, avec toutes les administrations ad-hoc : capitainerie, services de l'immigration, agence de tourisme, et même une base militaire qui fait retentir tous les jours le même genre de battements de tambour que ceux qui nous protégeaient à la marina Shelter Bay à Panama. Il faut croire que ces deux voisins-là ne s'aiment guère. J'ai eu droit en première vague à l'attention de l'Armada Nacional, label sous lequel naviguent les garde-côtes qui ont tout de même - courtoisement - passé une demi-heure sur le bateau à soulever tous les planchers pour s'assurer que je ne transportais pas de cargaison illicite ! Un comble, lol
Garde-côtes colombiens, oct. 2022
...au garde-à-vous sur Nimic !, oct. 2022
Le temps s'écoule lentement depuis, entre les incertitudes de l'administration et la pluie incessante plusieurs heures d'affilées chaque jour.
Tiens, mais c'est de la pluie !, oct. 2022
...et encore de la pluie, lol !, oct. 2022
Et parfois on voit le ciel, oct. 2022
Pour l'instant mon passeport est toujours entre les mains des fonctionnaires de l'immigration, qui ont dûment enregistré à la main toutes mes informations, mais attendent que le système informatisé d'identification automatique veuille bien fonctionner. Je viens de me faire connaître au Consul de France à Medellin, qui n'a pas l'air inquiet : "Ils viennent de changer de gouvernement, les administrations sont un peu perdues..."
Accueil de la Capitainerie, oct. 2022
Accueil des services d'immigration, oct. 2022
L'informatique, ça ne marche jamais !, oct. 2022
Première victoire, Nelson, le charpentier de marine, né ici comme environ la moitié des six mille habitants, vient de quitter le bateau après avoir posé le barreau de remplacement de l'accroche de la capote sur le pont. Il ne reste plus qu'à trouver les artistes qui apporteront une solution aux caprices de la pompe de la nourrice et ou aux fuites des panneaux d'aération sur l'avant du bateau. Et que je vérifie l'étanchéité à l'eau de mer des bondes des réservoirs d'eau douce (message pour Timour...!)
Nelson, charpentier de marine, né à Solano, oct. 2022
Entretemps, je visite ! Pas une voiture à Mutis, juste des camions pour les transports de marchandises, des tracteurs pour mener les bateaux au ponton, et une nuée de triporteurs à l'indienne pour les habitants qui veulent s'épargner les quelques centaines de mètres entre les différents points du village. Pour le reste, les déplacements se font en bateau, y compris aller à l'école ! Ah, oui, il y a un hôtel pour les touristes qui arrivent en avion - construit par Pablo Escobar pour soigner ses amis à la belle époque, et c'est peut-être là que je pourrais prendre une douche ou faire laver mon linge...
Balade au village en triporteur, oct. 2022
Les bateaux se déplacent en tracteur, oct. 2022
Grande Rue commerçante à Mutis, oct. 2022
Embouteillage sur le pont, oct. 2022
On s'avance prudemment, oct. 2022
...et la rivière se découvre !, oct. 2022
Magasin pour 'verdura', oct. 2022
La maraîchère de Mutis, oct. 2022
Fruits locaux pour les céréales du matin, oct. 2022

vendredi 14 octobre 2022

Panama et son canal

Bien à l'abri dans le cocon de la lagune de Shelter Bay, et grâce aux compétences de communication locale de Timour, nous avions préparé notre passage du Canal. Les étapes administratives et techniques sont variées, mais Stanley, notre agent, nous dira à la fin que c'est le franchissement du Canal le plus rapide qu'il ait jamais fait !
Le Canal est après le pont..., oct. 2022
Pièces de l'hydrogénérateur à changer, oct. 2022
Timour s'en charge, oct. 2022
Mardi après-midi, nous sommes en place au mouillage de départ dans la baie, quatre liners (l'équipe des amarres) puis le pilote, à attendre le signal : nous devons être aux écluses de Gatun à 17h45.
La fine équipe des passeurs d'amarres, oct. 2022
Equipe complétée du pilote, on est prêt !, oct. 2022
Il fait déjà noir quand on y rejoint le cargo Pan Rapido, notre compagnon pour cette première série de trois, et Lucy, qui a déjà fait le parcours, trouve que c'est encore plus impressionnant.
Arrivée de nuit aux écluses de Gatun, oct. 2022
Remous de sortie d'écluse, oct. 2022
On passera la nuit au coffre d'attente au début du lac Gatun.
Petit matin radieux dans le lac Gatún, oct. 2022
Au réveil, il nous faut tracer rapidement pour traverser le lac et rejoindre le lot d'écluses suivant. On y sera vers midi.
On trace pour arriver à l'heure aux prochaines écluses, oct. 2022
Il nous arrive même de doubler des gros !, oct. 2022
Les panneaux solaires ont été bâchés pour éviter la casse, oct. 2022
Mangrove du lac Gatún, oct. 2022
Voisin de chenal impressionnant..., oct. 2022
...et transport de verdure ?, oct. 2022
De la fraîcheur à la tonne en container, oct. 2022
Là, c'est le cargo Taibo qui nous suit, et un énorme roro dans le bief adjacent. Et c'est là que nous aurons notre quotidienne douche orageuse ;)
Eduardo, Alex, Lucy et Umberto, oct. 2022
Umberto à l'avant tribord aux écluses de Miraflores, oct. 2022
Attention Lucy, l'orage arrive !, oct. 2022
Impressionnant,  non ?, oct. 2022
Alex et Timour aux amarres à l'arrière, oct. 2022
Dernière écluse à Miraflores, oct. 2022
On l'aura vu de près, ce Taibo !, oct. 2022
Vers treize heures, nous sommes libres ! Taibo nous double enfin pour rejoindre le Pacifique, et Nimic II se pose mercredi à la marina de l'île Flamenco après avoir débarqué ses liners et son pilote. Merci à eux : Eduardo le pilote, Umberto et Alex, liners professionnels, Lucy, liner amateur, et Timour, liner d'occasion.
Et voilà, on est sorti !, oct. 2022
Merci Taibo pour la compagnie, oct. 2022
J'ai quarante-huit heures pour terminer les formalités de sortie, j'en profite pour faire quelques achats en ville. Et quelle ville !
Sortie du Canal vue de Flamenco, oct. 2022
Vue depuis Flamenco, côté City, oct. 2022
Mouillage à Flamenco, oct. 2022
Pêcheurs à Panama, oct. 2022
Panama City dans sa splendeur, oct. 2022
Et dans les embouteillages..., oct. 2022

mardi 11 octobre 2022

Gagner Panama ou Cartagène ?

Si Nimic II faisait du tourisme, j'aurais mis au moteur depuis longtemps pour tenir les plannings. C'est comme un parcours à obstacles. L'arrivée à Panama se fait dans un marais barométrique, et avant on est à la merci d'avaries petites et grandes. On reparlera d'hydrogénérateur, de nourrice du moteur, de vétusté des boiseries ou encore de perte du feu de balcon babord : c'est toujours le même qui saute, lol. Le moral en dents de scie de la capitaine est tempéré par les splendeurs au jour le jour.
Au large de Cartagène, oct. 2022
Montagnes enneigées sur la côte de Colombie, oct. 2022
Cargo vers Panama ou Cartagène ?, oct. 2022
Pétole au large de Cartagène, oct. 2022
Prémisses de l'ouragan Ian au large de Cartagène, oct. 2022
Beautés du soir, espoir, oct. 2022
L'anecdote qui déchire. Pendant le passage du front de la perturbation qui s'est formée dans nos parages avant de se diriger vers la Floride, un couple de rapaces terrestres ressemblant à des busards a longtemps cherché à se poser dans la mâture. Sans succès. L'un des deux a dégringolé le long d'un hauban de l'artimon, se retrouvant coincé entre le bordé et les différentes cadènes, tout ébouriffé à cinquante centimètres sous mon nez, l'oeil hagard. Une photo ou de l'eau ? Je suis revenue avec une gamelle que j'ai poussée doucement vers lui... Dernière bouffée de panique et il a disparu au raz des vagues. L'autre est revenu une fois ou deux par la suite, comme pour chercher si son partenaire était encore dans le coin. L'anecdote qui réjouit. Une fois le coup de vent passé, c'est toute une famille de moineaux locaux qui est venue inspecter le bateau, histoire d'y prendre villégiature. Ils ont disparu avec la pétole.
Famille de fifis locaux en repérage, oct. 2022
Fifi numéro un, oct. 2022
Fifi numéro deux, oct. 2022
Fifi numéro trois, oct. 2022
Numéro un en inspection, oct. 2022
Numéro deux en vigie, oct. 2022
Oeil acéré pour numéro deux, oct. 2022
Numéro trois à la manœuvre, oct. 2022
Merci, on reviendra !, oct. 2022
Ensuite, j'ai retrouvé l'hydrogénérateur accroché dans ses bouts de sécurité parce que le piètement a de nouveau lâché (voir les épisodes précédents). Donc, plus de recharge de nuit, ou même de jour par temps couvert. Et là, en voulant remplir la nourrice journalière du moteur pour faire face à toute éventualité, j'ai constaté que la pompe est désamorcée. Solution d'urgence : pomper à la main depuis le réservoir principal du moteur dans un jerrican et le reverser dans la nourrice du moteur quand nécessaire. C'est possible, je l'ai fait...! Par calme plat, entièrement douchée au diesel à la fin de l'exercice, épuisée et stressée. Les défis de la navigation à la voile ?
Tentative d'escapade de l'hydrolienne (encore...), oct. 2022)
Tentative de remplissage de la nourrice, oct. 2022
Me voilà donc dotée d'une vingtaine de litres de réserve, environ sept heures de moteur, pour arriver à une prochaine escale technique, probablement Cartagène ! Il faudra que j'arbitre entre les recharges de batteries, les trajets tactiques pour s'écarter de la côte et les manoeuvres d'entrée de port. Et je me vois mal remplir la nourrice par mer agitée !
Trois jours plus tard, ça donne une route chaotique - parce que les ruptures d'alizé donnent aussi inversion du courant des Caraïbes, et tout ce que je gagnais grandiosement dans chaque grain se trouvait ramené à zéro dans la pétole qui suivait... C'est de la voile ! Merci à Mauritius Pride de nous avoir donné un amer dans le grain, et à Fassa de faire le spectacle dans la pétole !
Au Nord de la Colombie, 21 septembre, oct. 2022
Première nuit à reculons, 25 septembre, oct. 2022
Cargo Fassa sur bâbord, oct. 2022
Pour parer aux diverses avaries j'envisageais d'atterrir à Cartagène, la deuxième grande ville de Colombie, chargée d'histoire. Pourtant dès que le moral est remonté, ma détermination aussi, et nous voilà repartis vers Panama. Sauf qu'après le passage de la pointe Nord de la Colombie le contre-courant des Caraïbes revient du Yucatan au ras de la côte, jusqu'à deux noeuds en plein dans le nez des bateaux qui cherchent à accéder à Panama en route directe.
On s'échappe vers le Nord, oct. 2022
Grand manège panaméen, oct. 2022
En solo, à la voile c'est mission impossible : les quelques milles qu'on gagne péniblement au près quand ça souffle un peu sont immédiatement perdus dès que la pétole s'installe ! Il faudrait mettre au moteur quasiment les trois-quarts du temps. Nous voilà donc engagés dans le grand manège panaméen, qui prend par le Nord au travers de la boucle des courants et nous a enfin menés à Colon.
Navigation en boucle, 3 octobre, oct. 2022
On a trouvé le zéro courant, oct. 2022
Ca avance au vent de cale, oct. 2022
En point d'orgue à notre arrivée, le dernier jour de mer a été une merveille, avec la compagnie d'un banc de dauphins, un vent favorable et une mer presque lisse sous la belle lune !
Famille de dauphins pour l'arrivée, oct. 2022
Merci la compagnie, oct. 2022
Mais à peine franchie l'entrée de la zone du Canal, à Colon à deux heures du matin au milieu des cargos jeudi dernier, des trombes d'eau ahurissantes sont tombées pendant une heure, supprimant toute visibilité et faisant sauter la réception GPS. Impossible de se repérer. C'est un bateau de service du Canal qui nous a récupérés pour nous mener à la marina de Shelter Bay, tout à l'ouest de la baie.
On y est ! J'y ai retrouvé Timour et on se prépare à traverser :)
Seize jours de Curaçao à Panama, oct. 2022
Retrouvailles à Shelter Bay, oct. 2022
Sous la Lune à Shelter Bay, oct. 2022
Entrée du Canal vue du pont de Colon, oct. 2022
P. S. : Et entretemps, c'est sur, le blog d'Estelle qu'on a eu des nouvelles de Nimic II. Merci Estelle !

dimanche 18 septembre 2022

Escale technique à Curaçao

Avant le départ en baie de Chaguaramas, sept. 2022
Curaçao... et d'abord, comment ça se prononce ? Les réponses sont évasives : comme vous voulez ! C'est qu'on y apprend obligatoirement les structures d'au moins trois langues dès le primaire, anglais, espagnol, néerlandais, allemand ou français, histoire de permettre aux habitants natifs d'interagir avec les étrangers de passage qui apportent des ressources. La langue locale est le papiemento, un 'pépiement' qui les mélange toutes.
Nimic II et moi y sommes arrivés à l'improviste, je pensais en faire sauter l'escale dès mon premier jour hors de la baie de Chaguaramas, alors que nous tracions à huit noeuds de moyenne au travers d'un vent établi d'une vingtaine de noeuds, me portant à des bouffées d'enthousiasme quand le loch dépassait dix noeuds :) J'avais remonté le mouillage dimanche 11 en fin de matinée, histoire de ne pas me trouver en bisebille avec les services d'immigration trinis auxquels j'avais affirmé que je partirais dès samedi matin : chacun sait qu'une procédure de démarrage à la voile présente beaucoup d'imprévus...!
En route vers Curaçao, sept. 2022
Clandestin volant, sept. 2022
Des cumulonimbus comme s'il en pleuvait, sept. 2022
Et puis, mardi matin avant le lever du jour, alors que le vent commençait à disparaître, j'ai voulu lancer le moteur pour refaire le plein des batteries qui n'étaient pourtant pas en difficulté, mais mieux vaut prévenir que guérir, non ? Et là, grosse panique, l'alarme d'huile se rallume après trois minutes, en clignotant violemment avec un craquement suspect ! J'arrête aussitôt le moteur, et examine le fond de cale, où il me semble que l'eau du puits présente une couleur grisâtre témoignant d'une fuite d'huile. Nous voilà avec la perspective d'une virée entièrement à la voile jusqu'aux îles néerlandaises, seules considérées comme garantissant la sécurité du navigateur en transit vers Panama.
Première approche à Curaçao, sept. 2022
Approche de Willemstadt, sept. 2022
Je vous rassure tout de suite, tout s'est passé au mieux, y compris la procédure PAN de demande d'assistance à l'arrivée pour le remorquage jusqu'à un ponton : celui de Curaçao Marine où nous sommes arrivés le jeudi vers midi.
Curaçao Marine, sept. 2022
Au ponton à Curaçao Marine, sept. 2022
Hydrolienne en liberté à Curaçao, sept. 2022
Sous les falaises du Fort Nassau, sept. 2022
Donc vendredi matin, dès l'ouverture, s'est pointé le concessionnaire Yanmar local. Il a balayé ma description de l'incident : c'était trop tard, il fallait enlever le moteur pour chercher cette fameuse fuite. Si j'avais la chance de ne pas avoir à changer le moteur, ça me coûterait au bas mot cinq mille dollars, et plusieurs semaines d'immobilisation. Je me suis récriée, il m'a engueulée, a consenti à examiner et démarrer le moteur, et a finalement fait intervenir son technicien électrique. Lequel, au bout d'une demi-heure, a déclaré qu'il s'agissait d'une mise à la masse fautive, que le moteur avait été câblé comme pour une coque en alu...! Il me semble bien d'ailleurs avoir déjà reçu cette explication d'Hervé, de GMS à l'Herbaudière. RAS donc, ça m'a coûté la modique somme de 60USD, ce qui n'a pas amélioré l'humeur de mon grincheux - sans doute parce que je l'avais taclé.
Ligne de crête à Willemstadt, sept. 2022
C'est toujours les mêmes aux meilleurs spots ! sept. 2022
Tout ça pour dire qu'aujourd'hui dimanche est notre troisième jour aux îles néerlandaises. J'ai pris le temps de régler favorablement le deuxième point noir qui empêchait une navigation en sécurité : la puce Iridium a été réinitialisée ! J'ai aussi pris quelques photos :) Si tout va bien nous repartons demain matin avant dix heures, les procédures de sortie viennent d'être accomplies. A vous revoir à Panama !

dimanche 11 septembre 2022

Merci les Trinis !

Merci Cairi, né ici et nommé du terme local pour 'caraibe' par ses parents - un brésilien et une canarie - bloqués sur le chantier par le Covid, que j'avais rencontrés deux ans plus tôt à Porto Santo.
merci_trinis_010.jpg, sept. 2022
Merci Suzan, exemple de fierté et d'efficaté locale, qui débrouille au quotidien les problèmes techniques des équipages en attente de réparations sur leurs bateaux.
merci_trinis_011.JPG, sept. 2022

Merci à Lady Azzuro et Queen Annette, trinies de naissance ou d'adoption, amies de ponton et animatrices infatigables des divertissements de tous les équipages.
merci_trinis_012.JPG, sept. 2022
Merci Kristian, logman du dépôt technique pétrolier voisin, auto-proclamé gardien de mon confort en manifestant la curiosité sincère et l'empathie naturelle du trini lambda, tout en jouant avec les gros bateaux qui traversent le mouillage.
merci_trinis_014.JPG, sept. 2022
merci_trinis_014-5.JPG, sept. 2022
merci_trinis_014-6.JPG, sept. 2022
merci_trinis_014-7.JPG, sept. 2022
Merci les bateaux de tous calibres et de tous types...
merci_trinis_020-0.JPG, sept. 2022
merci_trinis_020-1.JPG, sept. 2022
merci_trinis_021.JPG, sept. 2022
merci_trinis_023.JPG, sept. 2022
merci_trinis_023-1.JPG, sept. 2022
merci_trinis_030.JPG, sept. 2022
merci_trinis_031.JPG, sept. 2022
merci_trinis_032.JPG, sept. 2022
Merci les animaux de tous poils et de toutes plumes...
merci_trinis_050.JPG, sept. 2022
merci_trinis_054.JPG, sept. 2022
merci_trinis_055-1.JPG, sept. 2022
merci_trinis_056.JPG, sept. 2022
merci_trinis_057-1.JPG, sept. 2022
merci_trinis_059.JPG, sept. 2022
merci_trinis_059-0.JPG, sept. 2022
merci_trinis_059-2.JPG, sept. 2022
Merci à tous les équipages amis et trinis d'occasion, aux fournisseurs, artisans et ouvriers du crû, qui ont accompagné Nimic II du statut de bateau en travaux...
merci_trinis_071.JPG, sept. 2022
merci_trinis_073.JPG, sept. 2022
merci_trinis_073-1.JPG, sept. 2022
à celui de bateau à mettre à l'eau...
merci_trinis_073-2.JPG, sept. 2022
merci_trinis_080-1.JPG, sept. 2022
Merci Kris pour la photo ! sept. 2022
Merci Kris pour la photo ! sept. 2022
merci_trinis_082.JPG, sept. 2022
Merci Kris pour le reportage :) sept. 2022
merci_trinis_087.JPG, sept. 2022
merci_trinis_087-1.JPG, sept. 2022
puis à celui de bateau au mouillage, en instance de départ !
merci_trinis_088.JPG, sept. 2022
Merci Estelle pour la photo ! sept. 2022
Merci la pluie, le soleil, la lune et les étoiles des panoramas de Chaguaramas.
merci_trinis_090.JPG, sept. 2022
merci_trinis_091 (2).JPG, sept. 2022
merci_trinis_093.JPG, sept. 2022
merci_trinis_094.JPG, sept. 2022
Oups, merci enfin au pélican qui s'est manifesté pour embarquer, mais désolée, je navigue en solo, lol !
merci_trinis_099.JPG, sept. 2022
merci_trinis_099-1.JPG, sept. 2022
Merci Estelle pour la photo :) sept. 2022

mercredi 3 août 2022

A whiter shade of pale

C'est Mel, un artiste de la nuance, qui fournit Nimic II en produits couvrants. Il y a quinze jours un deuxième gallon de 'Lunar White' venait compléter les premières touches de peinture du pont, datant d'avant mon dernier séjour à Noirmoutier. Je suis fascinée par ses mélanges à partir de quatre pots, blanc, noir, jaune et rouge, dont il pèse les gouttes au microgramme près jusqu'à obtenir le parfait fondu. Sauf que la dernière fois, au bout d'une demi-heure j'ai trouvé que ça suffisait et le résultat est... approximatif ! Mais ça ne se verra pas vraiment à la longue...
A whiter shade of pale pour le nouveau Lunar White, août 2022
Nuances des coups de pinceau, août 2022
Et le gros oeuvre du pont est maintenant terminé !
Préparation du puits du cockpit, août 2022
Finition du puits du cockpit, août 2022
Préparation du pont arrière, août 2022
Finition du pont arrière, août 2022
Gros oeuvre du pont terminé, août 2022
Je vais maintenant passer au gros oeuvre de la coque, si la météo le permet... si Mel arrive à raccrocher les bouts de sa chaîne logistique... et si suffisamment d'échafaudages sont disponibles. Et pour l'instant il pleut, avec des nuances de ciel toujours changeantes !
Cinquante nuances de bleu, août 2022
Jeux d'ombres avec la pluie, août 2022
Jeu de flou dans la pluie, août 2022
Jeu de lumière après la pluie, août 2022
Ca me donne le temps de bricolages importants, comme vérifier le faux contact dans ma perceuse Peugeot vintage. Je pensais qu'il fallait changer les charbons ; le mécanicien auquel j'ai demandé où en trouver m'a affirmé qu'ils lui semblaient intacts, et il est venu faire le diagnostic sur place. Après une heure de test des différentes connexions, nous avons convenu que le problème provenait... du cordon, bien fatigué par quarante ans de bons et loyaux services. J'ai recupéré celui d'une baladeuse à fonctionnement tout aussi aléatoire, et le résultat est parfait pour ma perceuse comme pour les caissons de Nimic libérés d'un objet inutile !
Des connexions à nuancer, août 2022
La semaine dernière, l'un des gardes, artiste de la blague sur le chantier, me lance : "Hé, tu me dois un café !" parce que j'avais affirmé que Nimic aurait quitté Chaguaramas avant la fin juillet. Bonne joueuse, je le lui ai apporté le premier août. Et comme ce jour-là est aussi 'Emancipation Day', férié à Trinidad, je lui ai de surcroît cuisiné un tajine de poulet au citron dont il semble avoir apprécié les saveurs. Du coup, on a regardé passer les 'party boats' qui promènent les fêtards par lots de deux cents, avec des DJs qui mixent de la calypso de toutes les couleurs. Je booste ma culture musicale qui s'était arrêtée à Bob Marley et Rolling Stones. Mon oreille s'y fait, je peux même vous dire que la soca n'est pas un verlan, mais une forme anglophone de calypso, issue elle du créole franco-antillais. Toutes les nuances en sont largement composées à Trinidad, berceau de la musique des Caraïbes.
Toutes les nuances de calypso sur Point Loma, août 2022
Et allez, pour finir, quelques relevés de faune locale, dont le rase-motte de la frégate dans le pack des urubus...
Pack d'urubus sans nuance, août 2022
Une frégate à l'affut..., août 2022
Frégate en repérage, août 2022
Frégate en vol furtif, août 2022
...l'affut du martin-pêcheur depuis le balcon arrière
Martin-pêcheur en veille, août 2022
...la balade de la chenille du club house et celle du lézard du bord.
Lézard du bord en explo, août 2022
Chenille en expédition, août 2022 Et enfin, le seul pélican que j'aie réussi à capturer en gros plan !
Pélican sans nuance, août 2022
P.S.: Bon, eh bien le voilà, Mel, arrivé tout confus des aléas trinis, mais resplendissant sur la nuance 'Lunar White' du nouveau pont, et présentant dans ses bras le blanc pur de la future coque. Merci à lui et sa boutique "Majestic Paints". Une nuance de satisfaction pour Mel, août 2022
Sourire du spécialiste de la nuance..., août 2022
Merci à Majestic de Chaguaramas, août 2022
Et tant qu'à faire un rajout, voici le crabe que je viens de rencontrer sur le chemin de la supérette :)
Crabe en nuances de terre, août 2022

mardi 12 juillet 2022

Perspectives

Le navire auxiliaire de forage rouge, à gauche de la première photo, mesure 75m de long. Il est du même type que ceux qu'on a vus portant des plateformes aux Canaries en 2020, et vous savez maintenant, si vous suivez, que c'est en remplissant d'eau leurs ballasts qu'ils se glissent sous ces gigantesques structures flottantes pour ensuite les sortir de l'eau en vidant ces ballasts. Ils les transportent alors là où il en est besoin. Celui-ci s'appelle Enav Agave et attend au mouillage depuis des semaines au milieu de la baie de Port d'Espagne (qui est à l'Est, à gauche hors de la photo).
Cargos au mouillage au large de Port d'Espagne, juil. 2022
Presqu'au centre du panorama se trouve la voile d'Azzuro, le bateau bleu clair amarré au ponton de la photo suivante.
Plaisanciers au ponton de Chaguaramas, juil. 2022
Toutes sont prises du pont de Nimic, soit à environ quatre mètres de hauteur juste en bord de mer. Sauriez-vous donner, par ordre croissant d'éloignement, les dimensions approximatives des différents objets flottant dans le panorama? Juste pour vous donner une idée de la perspective, la coque marquée LNG est un méthanier, il fait 299m en longueur et sa distance à mon point de vue est double de celle d'Enav Agave.
Plaisanciers et cargos en perspective, juil. 2022
Autre perspective, le bateau pilote jaune au flanc d'un autre auxiliaire de forage au départ mesure, lui, environ 12m.
Auxiliaire de forage et pilote en perspective, juil. 2022
Et pour vous embrouiller un peu plus, un bel emboîtement des porte-plateformes...
Porte-plateformes en perspective, juil. 2022
Deuxième casse-tête : sachant que les promontoires Est, à gauche, et Ouest, à droite, qui marquent les lignes de fuite de l'ouverture vers le Sud de la baie de Chaguaramas, délimitent une distance d'environ un mille nautique pour les bateaux naviguant en ligne directe au large du promontoire Est et de l'île Gaspar Grande à l'Ouest...
Point de vue au large de Chaguaramas, juil. 2022
Alignements du panorama de Chaguaramas, juil. 2022

...et que d'ordinaire cette distance est franchie par les plus rapides des bateaux, comme par exemple K.Loe le pilote, en un temps de l'ordre d'une minute, quelle est la vitesse possible de Monster, le joujou des frères Peake, que je viens de voir la franchir en environ quinze secondes ? Il était mis à l'eau pour un essai, dans le boucan épouvantable de deux moteurs sans silencieux et carburant... au gaz naturel liquéfié, le LNG ci-dessus ! C'est ce qu'on appelle 'passer directement du producteur au consommateur'. Et comme l'explique un des employés de Peake's : "Ils organisent une course tous les étés, de Port d'Espagne à Tobago, et c'est toujours eux qui gagnent. D'ailleurs, quand ils n'y sont pas, il n'y a pas de course..."
Vous avez dit "Monster"?, juil. 2022
Le joujou des frères Peake..., juil. 2022
...carbure au LNG, juil. 2022
...et écrase la concurrence !, juil. 2022
Pendant ce temps-là, mes copines les fourmis s'activent à emmagasiner les prises de choix - comme ce raisin sec qu'elles essaient de porter jusqu'à un nouvel abri en utilisant les lois de la gravité, lol. Elles retrouvent dans le fond du cockpit d'autres habitants furtifs comme cette pousse de kapokier en germination dans la ligne du sondeur :)
Transport de victuailles..., juil. 2022
...par gravitation ! juil. 2022
Pousse de kapokier dans les fonds, juil. 2022
Je n'ai toujours pas réussi à prendre un pélican de près, et je compte bien me venger des iguanes qui ont pillé ma récolte attendue de tomates...
Patrouille de pélicans en perspective, juil. 2022
L'iguane, un fructivore ?, juil. 2022
Et quelles sont les perspectives de Nimic II, dans tout ça ? Eh bien, la mèche du safran est bien en place, parfaitement souple et mobile. De nouveaux joints à lèvre ont été placés en sortie dans le cockpit, il n'y a même pas eu besoin d'ajuster l'ouverture.
Joints à lèvre pour la mèche du gouvernail, juil. 2022
Le secteur du pilote est remonté, tout cela fonctionne dans le silence le plus merveilleux !
Remise en fonction du pilote, juil. 2022
J'ai appris du coup que l'hélice de Nimic fait 17 pouces de circonférence et 16 pouces de pas, à droite. C'est facile, c'est écrit dessus ! Merci Dynamite et toute son équipe :)
Oeuvre d'art marine... juil. 2022
...ou puzzle technologique ? juil. 2022
Marc en finitions... juil. 2022
...et en précisions ! juil. 2022
Ya plus ka peindre... et heureusement, y en a moins à faire que sur notre nouveau voisin de chantier, un autre monstre du nom de Taboo, une goélette de vingt-deux mètres qui me permet de renouveler mes perspectives : en partant de l'Herbaudière, je naviguais sur le plus gros bateau du port... En arrivant à Chaguaramas, Nimic II était le plus petit ! Doté d'un équipage de quatre personnes, Taboo dispose de cinq cabines doubles pour des 'invités' à trois mille dollars la semaine chacun !
Voisinage imposant, juil. 2022
Merci, je préfère Nimic II, et j'espère bien avoir fini mes 'petits' travaux d'ici la fin du mois de juillet pour nous retrouver alors de nouveau à la baille !

jeudi 30 juin 2022

Météorologie accélérée

Dans combien de temps Nimic II sera-t-il de nouveau à l'eau ?
Le mouillage nous attend, juin 2022
...et parfois il fait beau :), juin 2022
Sachant que l'alignement de la mèche du gouvernail demande toute une série d'ajustements délicats...
Remise en place de l'arbre..., juin 2022
...c'est pas si facile !, juin 2022
Arbre de l'hélice à poste !, juin 2022
Safran prêt à l'ajustage, juin 2022
Dynamite en action, juin 2022
Afzal de Dynamite, juin 2022
Lindon de Dynamite, juin 2022
Curtis de Dynamite, juin 2022
et qu'il faudra ensuite terminer les peintures en suspens, pont et coque...
Le merle aime la couleur du pont, juin 2022
On pourrait dire, une semaine de technique et quinze jours de pinceau, non ? Pas si simple, puisqu'il faut loger tout ça dans les trous secs de la météo, haha. Ce qui, au bas mot, double le planning...
Orage tropical, juin 2022
Eclaircie tropicale, juin 2022
Et quand les modèles météo ont commencé à transformer les prévisions de coups de vent sur l'Atlantique en alerte cyclonique à cinq jours, on s'y est intéressé sérieusement : simple dépression ou tempête tropicale ? C'est Marc, le grand gourou des ennuis mécaniques sur le chantier (celui qu'on reconnaît à la couleur de ses chemises lol), qui m'a donné la clé : "l'oeil est-il formé ?" La baie de Chaguaramas est réputée protégée des vent de Nord-Est. Sauf que si la "vague tropicale" en déplacement vers l'Ouest devient cyclone tourbillonnant avant son passage au Nord de l'île de Trinidad, alors les vents viendront du Sud, et là, on se les prend direct, ouïe.
L'oeil est-il formé ?, juin 2022
Jusqu'à mardi soir, toutes les conjectures étaient possibles, d'autant que les modèles variaient à chaque mise a jour, soit quatre fois par jour...
Route prévue de la dépression, juin 2022
Alors, depuis lundi, la baie s'était enluminée des bateaux et navires venus y chercher la tranquilité, et le chantier n'a pas arrêté de mettre au sec les plus inquiets des plaisanciers.
Les marins se mettent à l'abri, juin 2022
Enfin, la nuit de mardi à mercredi prévue pour le passage du phénomène, s'est passée comme une fleur... et la mer est redevenue "bleue"...
Après la pluie, le beau temps ?, juin 2022
comme si rien ne se passait plus au Nord, car effectivement l'oeil n'était pas encore formé.
La  vague passe au Nord, juin 2022
Mais ça pourrait donner corps à une vraie tempête tropicale juste avant d'arriver ...au Costa Rica ! Attention, les Ticos !
Cyclone prévu au Costa Rica, juin 2022
A Tama Samedi matin ?, juin 2022

mardi 14 juin 2022

Ca bouge !

D'accord, pas trop...: depuis le bord du ruisseau qui sépare le chantier Peake du domaine des pétroliers, de l'autre côté du grillage ;
Avant le mouvement, côté 'drillers', juin 2022
jusqu'au front de mer, plus près de la rampe de mise à l'eau, cent cinquante mètres plus au Sud...
Après le mouvement, côté mer, juin 2022
Après le mouvement, côté collines, juin 2022
Après le mouvement, drillers au large, juin 2022
Après le mouvement, drillers à quai, juin 2022
Après le mouvement, drillers au radoub, juin 2022
et après un trajet de cinq cents mètres en tracteur !
On bouge, en tracteur ! juin 2022
C'est que lundi dernier, je regardais notre ami Mickaël - le grand chef du mouvement chez PYS - entasser les arrivants dans les travées du chantier. La saison des cyclones est annoncée, les propriétaires fortunés doivent se plier aux exigences de leurs assurances, et Peake Yacht Services, comme toute l'île de Trinidad, se trouve à l'extrême Sud des Caraïbes, hors de la zone réputée risquée.
Mickael et Suzan en évaluation des mouvements, juin 2022
Mouvements en piles, juin 2022
Alors, pour que Nimic ne se retrouve pas coincé derrière tous ceux-là jusqu'en novembre, on a bougé.
Mouvement à l'arrivée, juin 2022
Mouvement bien arrivé en front de mer, juin 2022
Pour autant, il ne pleut pas moins à notre nouvel emplacement, il y a toujours des moustiques, et même plus de taons !
Les travaux continuent. L'étanchéité de la barre d'écoute a été reprise (histoire de ne plus se faire doucher en dormant...)
Etanchéité barre d'écoute, extérieur, juin 2022
Etanchéité barre d'écoute, intérieur, juin 2022
Le gros morceau, c'est l'alignement de la mèche du safran. On se souvient que la barre est très dure... Et on espère que ça va s'arranger ! Donc dépose de la barre franche et découplage du secteur de la barre à roue...
Découplage du secteur de barre, juin 2022
extraction de l'hélice et de son arbre...
Extraction de l'hélice, juin 2022
Dépose de l'héllice, juin 2022
Découplage de l'arbre, juin 2022
Dépose de l'arbre de l'hélice, juin 2022
extraction de la mèche du safran...
Tentative d'extraction de la mèche du safran, juin 2022
Tentative d'extraction au cric, juin 2022
Troisième tentative, par le bas, juin 2022
Succès de l'extraction avec un nouveau cric, juin 2022
pour libérer le safran !
Safran libre sur ses gonds ?, juin 2022
Extraction de l'axe supérieur du safran, juin 2022
Extraction de l'axe inférieur du safran, juin 2022
We did it !, juin 2022
La rénovation de tout ça est en cours : travaux de précision pour les spécialistes, ponçage et peinture pour moi :) On en reparle dès que possible !
Safran en balade sur le front de mer, juin 2022
Entretemps je continue à documenter les amis, la faune et la flore locales.
ça bouge sur Ocean Carisma, juin 2022
Ocean Carisma en préparation au départ, juin 2022
Bouquet de cocos ? juin 2022
Coléoptère voyageur ? juin 2022
Fourmis en stockage de termite, juin 2022
Frégates en escadron, juin 2022
Pélicans en duo, juin 2022
Varan fureteur, juin 2022
Varans à l'esquive, juin 2022
Et je n'oublie pas de vous parler des tomates de Kris, le logman de l'entrepôt de pipelines de l'autre côté du grillage. Avant mon départ en France, il se pointait régulièrement au pied du bateau pour s'inquiéter du bien-être de l'équipage alors que ses gars s'activaient nuit et jour pour ordonnancer la base logistique des forages en cours au large du Surinam... ceux-là même qui nous avaient valu un détournement de parcours pendant le trajet depuis la Guyane. A mon retour, Kris n'a pas manqué de faire une nouvelle visite, et c'est lui qui a remarqué le plant de tomates qui croissait librement sous l'échelle, à la verticale de la vidange de l'évier de Nimic. Il m'a recommandé de le tutorer. Et puis, lors du mouvement vers le front de mer, c'est un autre ami trini, le gars qui portait le tee-shirt de Noël 'The wind is free', qui a fait en sorte que les tomates voyagent avec le bateau. Alors voilà, les tomates sont bien arrivées, replantées, et j'espère bien en faire une salade très bientôt !
Tomates au départ, juin 2022
Tomates en déplacement, juin 2022
Tomates en mouvement, juin 2022
Tomates à l'arrivée, juin 2022

lundi 30 mai 2022

Balade exotique

Le Cob à l'heure des adieux, mai 2022
Le Pilier à l'heure de l'éclipse, mai 2022
Adieu Cob et Pilier, bonjour au figuier ! D'accord, c'est des mangues, mais ça rime aussi, hein ? Après plus de trois jours de voyage, quand même... et presqu'autant de remise au diapason local, j'ai fait le tour du bateau, et voilà le résultat !
Au cul du bateau..., mai 2022 J'ai essayé d'en refourguer aux voisins, ils ont pareil :) clapgirl.gif, fév. 2020
Alors, on savoure avec délices...
Et, oui, je suis bien arrivée ! Rendez-vous dans le Pacifique !

dimanche 15 mai 2022

Sans Domicile Fixe

Oui, nous existons toujours, Nimic II et moi ! Ces dernières semaines, pourtant, j'étais loin, rentrée au port d'attache pour me défaire de mon appartement à l'Herbaudière, devenu plus un fil à la patte qu'un mouillage de fortune.
Nimic boat-sitté par Kristian, avril 2022
Sous le soleil de Chaguaramas à Noël (merci Nocciolino !), décembre 2021
Il m'a fallu faire rentrer dans trois malles l'essentiel de cinquante ans de vie familiale et professionnelle...
Cadeau de trente-deuxiėme anniversaire, octobre 1984
Rentrera ou pas ? avril 2022
trier les papiers pour garder l'absolument indispensable...
Nouveau contrat d'assurance pour le bateau, avril 2022
Cartes aériennes dénichées dans les archives paternelles, à usage futur de routières marines, mai 2022
faire le tour de la famille et des amis...
Mite au bord du Lot, avril 2022
Pêche au carrelet aux Souzeaux, mai 2022
Igor-sitting (copyright Edith), avril 2022
la tournée de mes lieux favoris....
Dernier confort aux Pêcheurs, mars 2022
Luzéronde à vélo, avril 2022
Défenses de la Guérinière, avril 2022
Fenêtre sur la Clairière, mai 2022
Nous n'irons plus au Bois, mai 2022
et même prendre le temps de glisser un bulletin de vote aux deux tours de l'élection présidentielle... Pour les législatives, j'en ai délégué la responsabilité à ma procurante habituelle, merci Claire !
Comme la loi française le prévoit, nous voilà maintenant officiellement SDF, et domiciliés à notre port d'attache, l'Herbaudière. Espérons que les deux sacs que je rapporte lourdement chargés entreront dans la soute à bagages !
Cyprès de la plaine des patates, mai 2022
Mur du repos des anciens, mai 2022
La semaine prochaine, je rejoins Nimic à Chaguaramas pour les derniers travaux avant de tracer vers Panama. En attendant, j'essaie de me réveiller demain matin pour voir l'éclipse de Lune qui nous est promise ! PS : Pas d'éclipse, juste des nuages, beuh...!

dimanche 13 mars 2022

Ça pédale dans le bitume

Saison sèche mais humide
Préparatifs pour peinture, mar. 2022
Difficile d'apprécier l'état de Nimic ces derniers jours... Il a tellement plu (une bonne averse toutes les cinq heures en moyenne) qu'il est impossible de prévoir la fin du chantier de peinture.
Pont avant peinture, mar. 2022
Entre deux grains, mar. 2022
Après peinture, mar. 2022
Certains travaux aboutissent quand même, comme le bitumage des fonds pour assurer meilleures protection et étanchéité... On m'a dit : it's a bit messy... ce qui s'appelle un understatement, héhé. Mais la matière première est une production locale, avec le plus grand lac naturel de bitume au monde, exploité déjà par les conquistadores pour leurs calfatages de coques, comme en témoigne un nom de mouillage dans le coin : Carénage en v.o. Alors...
Bitume dans les fonds, mar. 2022
Jaumière au bitume, mar. 2022
Jaumière côté face, mar. 2022
Camarade de chantier, mar. 2022
Pour la peinture, le pont est donc à moitié fini, la coque n'est pas commencée. Alors je me vote une pause ! Nimic au bitume, mar. 2022
Bitume chez les Yankees, mar. 2022
Plage au sirocco, mar. 2022
Et tant qu'à faire, je remplace le bitume trini ou yankee par du sirocco noirmoutrin coucou.gif, fév. 2020

samedi 5 février 2022

2022, année passoire

Pélican en vigie, fév. 2022
Eh quoi...? Déjà février, et pas de voeux ? C'est que la nouvelle année nous a réservé quelques surprises. La capitaine s'est retrouvée secouée par une fièvre qui n'avait rien d'un Coronavirus, et Nimic II s'est transformé du jour au lendemain en passoire rouillée. Il faut dire qu'il y a cinq ans, pressée de naviguer, j'avais pudiquement recouvert de mastic les craintes de faiblesse de la voute jusqu'à l'étambot, là où les plus petites entrées d'eau salée se retrouvent coincées dans des réduits inatteignables par des individus normalement constitués. Ce qui provoque alors de la corrosion par l'intérieur. Cinq ans de répit donc, jusqu'à cette préparation à la peinture et ses jolis trous sous la flottaison...
Hello Larry, how is it up there ? jan. 2022
Le temps de se remettre en forme et de dénicher l'artisan ad-hoc...
- Larry et ses dreadlocks, qui avait officié juste avant sur Nocciolino (voir leur blog par Xavier et Babeth)
Gare aux yeux ! jan. 2022
Découpes et ajustements, jan. 2022
Découpe à l'acétylène ou soudure à l'arc ? fév. 2022
Ça doit courber ! jan. 2022
Dentelle de métal, jan. 2022
Broderie soudée sur l'étambot, jan. 2022
...puis de mettre en route et faire aboutir le processus de rénovation
Préparation de l'ouverture sous la voute, fév. 2022
Mise à la cote de la feuille d'acier, fév. 2022
'Dogs and wedges', on dit ça comment en Français ?, fév. 2022
Ça doit rentrer ! fév. 2022
Larry sait parler à l'acier, fév. 2022
Feu d'artifice pour le finale, fév. 2022
...et le mois de janvier s'est écoulé comme un mirage. Nous voici reconduits au stade précédent : le bateau est de nouveau en odeur de flottaison (merci Larry !) et il ne me reste plus qu'à faire la peinture, haha !

Ah, il y a quand même une bonne nouvelle pour 2022 : mon amie Nooria et ses enfants sont arrivés il y a quelques jours auprès de ses frères en Californie, après cinq mois de péripéties éprouvantes entre camps de réfugiés et avions surprise depuis sa fuite de Kaboul en août dernier. Merci à tou.te.s ce.ux.lles qui ont permis ce miracle.