dimanche 19 mai 2024

Puntarenas, vingt kilomètres de sables

Plage de Puntarenas vers le Sud, avr. 2024
Vagues de Puntarenas, mai 2024
Jeux de plage à Puntarenas, mai 2024
Croisement de ferries entre la presqu'île de Nicoya et Puntarenas, mai 2024
Ferry à l'arrivée à Puntarenas, mai 2024
Ferry au terminal de Puntarenas, mai 2024
A l'Ouest de la longue bande de sable qui fait la pointe, c'est le terminal des ferries vers la presqu'ile de Nicoya et le Guanacaste au Nord. Et le village des pêcheurs avec l'eau de mer qui ressort des égouts à grande marée haute : l'histoire locale fait état d'un tremblement de terre il y a une trentaine d'années qui aurait fait perdre trente centimètres d'altitude à la péninsule.
Rues de Puntarenas à grande marée haute, mai 2024
C'est aussi, pointant vers le Sud, la jetée des paquebots qui déposent des hordes de touristes directement en ville.
Paquebot(s) à Puntarenas, mai 2024
Paquebot(s) à Puntarenas, mai 2024
Petit train à Puntarenas, avr. 2024
Paquebot(s) à Puntarenas, avr. 2024
Paquebot(s) à Puntarenas, mai 2024
Paquebot(s) à Puntarenas, avr. 2024
La bouée noire sur la carte marque la jetée des paquebots, au beau millieu du cimetière (couronnes rouges ou noires) des épaves de la deuxième guerre mondiale. D'où !a nécessité absolue de bateaux pilotes. Et de soigneusement libérer la plage de ses déchets naturels.
Baie de Puntarenas sur Navionics, mai 2024
Il y a environ douze milles nautiques de plage jusqu'à l'embouchure du rio Barranca à l'Est, qui ont inspiré le nom de la langue de sable, Puntarenas. Elle protège l'embouchure du rio éponyme caché derrière et la capitale provinciale du même nom.
Dans l'abri de l'estuaire du rio Puntarenas, entre cordon dunaire et mangrove, c'est le mouillage du Costa Rica Yacht Club... bien envasé puisqu'il n'y a plus d'entreprise en amont pour draguer le chenal. Au raz de la mangrove Nimic II y attend les ouvriers pour remettre en état certaines fonctions essentielles à un nouveau départ.
Mouillage du CRIC à grande marée basse, avr. 2024
Travaux de dévasement au CRIC, avr. 2024
Ponton de la marina côté mangrove au CRIC, avr. 2024
Accès au travel-lift du CRIC par grande marée basse, avr. 2024
''Nimic II'' au ponton par grande marée basse, avr. 2024
Vigie à plumes sur ''Nimic II'' : le martin-pécheur de la marina, mai 2024
Un planning serré ne fait pas partie des coutumes locales. Avoir une ou des activités subsidiaires et inopinément mobilisables est conseillé. Pour moi, ça consiste à faire des photos quand l'emploi du temps s'avère subitement dégagé entre rendez-vous imprécis ou non honoré et grain tropical aléatoire. Ou encore corriger les stocks de photos accumulés et en préparer les commentaires quand il faut ronger son frein dans l'attente d'une visite annoncée.
Plage de Puntarenas à grande marée basse, avr. 2024
Chaussures sur la plage de Puntarenas ?, avr. 2024
Heu... non ! Souche déposée par la mer à Puntarenas, avr. 2024
Bois flottants à Puntarenas, avr. 2024
Requiem pour un pélican à Puntarenas, avr. 2024
En synthèse... j'ai le temps de flâner en exploitant au mieux les circonstances. Hier, ô miracle dans l'après-midi, le ciel dégagé, le soleil au déclin et la marée descendante m'ont pour la première fois permis de superbes photos du côté Est de la plage, celui qui est naturellement épargné de bois flottants grâce aux courants circulant dans la baie. Quasi déserte bien qu'on soit un samedi, on y trouve...
...un père enseignant l'art du contrôle du ballon !
Art du contrôle du ballon à Puntarenas, mai 2024
Art du contrôle du ballon à Puntarenas, mai 2024
...des nageurs, coureurs et sportifs de tous poils.
Sportifs de tous poils à Puntarenas, mai 2024
Sportifs de tous poils à Puntarenas, mai 2024
Sportifs de tous poils à Puntarenas, mai 2024
Sportifs de tous poils à Puntarenas, mai 2024
Sportifs de tous poils à Puntarenas, mai 2024
Ah... et où en sont les travaux ? Je vais essayer de vous la faire courte... Je suis encore en interrogation sur la grand-voile : pour une mamie baladeuse comme moi, voyager avec deux ris est quasiment une nécessité, comme l'a bien montré l'orage soudain qui en a provoqué la déchirure, alors... est-ce vraiment utile de la changer ? Il faut bien sûr réviser le moteur et le guindeau capricieux, en fin de liste. Nettoyer la coque et tout le bateau. Poser le nouveau chaumard avant babord quand il sera arrivé. Affronter le vieillissement du matériel, comme dernièrement le thermostat de la glacière : il s'agirait d'une fuite de gaz et le techo local n'a pas le temps... (En attendant je la remplis tous les deux jours de glaçons livrés par le restaurant du Club.) Continuer à chercher l'origine des défaillances occasionnelles du système de navigation Garmin, comme récemment le sondeur.
En priorité depuis Quepos, cependant, je focalise sur les pompes. A quoi, en effet, serviraient des réparations à un bateau sans carburant dans le moteur, ou sans contrôle du niveau d'eau ?
Hermann fils attendant la navette pour Nimic II, mai 2024
Jeudi est arrivé à bord pour la quatrième fois en deux mois le technicien Hermann, fils de l'entrepreneur du même nom, porteur des deux pompes de cale et de la pompe du réservoir auxiliaire de diesel. L'air assuré, il énonce : tout sera fini d'ici ce soir !
Tube d'extraction du fuel vers la nourrice avec son nouveau clapet, mai 2024
Logement du tube d'extraction, entre axe d'hélice et waterlock, mai 2024
Eléments des trois pompes en un même cliché, mai 2024
Et donc ? Ouiiiiii, la pompe du journalier fonctionne maintenant. Après intervention sur le corps de pompe et ajout d'un clapet en bas du tuyau d'aspiration du réservoir principal. Cela ne fait jamais que trente ans qu'on l'espérait, celle-là ! Alors, en croisant les doigts, merci mille fois à Herman Hijo !
Et les pompes de cale, alors ? Ben il est reparti penaud avec les pompes sous le bras... et a promis de repasser mardi !
Grosse pompe de cale manuelle, mai 2024
Nouveau clapet de la pompe de cale manuelle, mai 2024
Pompe de cale électrique sur son nouveau support... en alu!!!!!??, mai 202PS4
Hermann Hijo à la tâche, mai 2024
PS: Ah, un dernier point... Ils sont bien arrivés, les couteaux Burgaud... C'est Amadour qui s'est chargé de les envoyer par la poste, parce que je les avait oubliés dans mes poches au moment de passer les portiques de contrôle à l'aéroport... pfff ! Merci à lui ! Merci à eux !
Nouveaux couteaux tous frais extraits de leur enveloppe, avr. 2024
PS2: Herman Hijo est repassé ce lundi matin avec la grosse pompe Edson, à laquelle il a fallu un point de soudure alu pour boucher un trou d'électrolyse... ça fonctionne !
PS3: Et mardi, les trois pompes sont en place... c'est bien fini !!! Merci à lui :)

samedi 4 mai 2024

Cuarenta días

Todos los días estudio una nueva lección de español en mi teléfono. Empecé hace seis meses para poder entender lo que me decías. De el momento en que extendiste tu mano para ayudarme a subir al muelle de Puerto Quepos, siempré has sido un misterio. Estaba probando español contigo, sino nunca aprenderé, pensé.
Al principio pensé que estabas casi jubilado y que podía seducirte para que vinieras conmigo a la Patagonia. Despues me di cuenta de que tenías un nieto al que consolar y que ni siquiera sabías donde estaba la Patagonia ni para qué servía el viento. Entonces pensé que eras un principe arabe oculto y que eso encajaba bien con une princesa afgana adoptada.
Finalmente me di cuenta de que venías de una familia india, y fue entonces cuando me derrumbé. Mi primer primo indio lejano. Una de mis antepasadas es una india caribeña. En la familia se dice que la piel oscura de las mujeres es la piel de la antepasada del Carib.
Supe entonces que seríamos buenos amigos.
Nunca sabré si estas pocas semanas de amistosa complicidad fueron solo una puesta en escena de tu parte. Un juego para quitarte el dinero que necesitabas para cubrir tu presupuesto de sostén de familia numerosa.
Un juego que tu esposa habría tomado por traición. O que otro hombre celoso habría tomado como una provocación. O que su jerarquía hubiera tomado como una amenaza contra sus pequeños y grandes acuerdos con la seguridad de la propriedad y las personas.
Sin embargo, todavía tengo la intuición de que, como yo, viviste estos pocos momentos de complicidad con asombro y sinceridad... y que te encontraste en el lugar equivocado, en el momento equivocado, sabiendo que ibas directamente hacia allí sin que puedas hacer nada para evitarlo.
Y esperabas que yo cumpliera mis promesas de ayudar a tu familia.
Al final lo único seguro es que cuando hablo o pienso en español, pienso en ti. Durante cuarante días me hizo llorar todos los días. Ahora, a veces, también me hace sonreír.

jeudi 4 avril 2024

Semana santa

Inscriptions de plage à Puntarenas, mar. 2024
Compagnon de plage, mar. 2024
"Si tu as un problème, dis-le à Dieu !" Inscrit profondément dans l'esprit des ticos, ce mantra est le baume miracle des difficultés, grandes et petites, du quotidien. La semaine sainte est le temps de la respiration pour les humbles, les administrations sont en congé, les commerces en suspens, les travaux au point mort. La tradition veut que la météo y soit maussade.
J'aurais bien voulu poster ici une photo du magnifique serpent noir et brillant sous la lune que j'ai trouvé lové sur la pile d'avocats à mûrir sur le pont, alors que je vidais par-dessus bord mon lot quotidien de cafards. Cinq centimètres de diamètre, plus d'un mètre de longueur, le temps que je retrouve mes esprits il avait disparu dans la nuit. Une couleuvre, m'ont dit ensuite les gardes du Yacht Club... Elles nagent dans le fleuve depuis la mangrove et montent à bord le long des amarres. Certains, les plus en difficulté, pensaient à un mauvais présage.
Joyeux anniversaire Mite, mar. 2024Comme on était le vingt mars, jour du printemps, j'ai quand même vérifié que le quatre-vingt-dix-huitième anniversaire de notre ailleule favorite s'était bien passé. Merci Mapie ! Mite, je vous embrasse !
030 Canif et salade de coco décortiquée
Même les urgences sont reléguées en arrière-plan. En décortiquant une noix de coco, la pointe de mon canif afghan (meilleure option en attente des nouveaux couteaux Burgaud encore coincés dans un colis postal) a dérapé et s'est plantée dans la pulpe de mon pouce gauche...
Salle d'attente des urgences à la clinique San Rafael, mar. 2024
Trois points de suture dans le gras du pouce gauche, mar. 2024
Cela m'a valu trois points de suture, et m'a permis de découvrir les magnifiques bâtiments de la clinique San Rafael, dans ce qui était autrefois l'hôpital central de Puntarenas. En ce vendredi précédant les Rameaux, l'interne de garde était aux petits soins pour moi, m'accompagnant dans le parcours pour récupérer les éléments de ma prescription de vaccins et autres médicaments de confort, et fixant une visite de contrôle au lundi de Pâques. Il en profitait pour m'entretenir de la France, suggérant qu'il pourrait un jour prochain visiter Paris.
Rafael aux petits soins, mar. 2024
Jardin d'hôpital à l'ancienne, mar. 2024
Le samedi avant les Rameaux, tout s'est assoupi. Comme pour ménager mon optimisme, un ouvrier est passé à bord démonter les trois pompes dont j'insistais pourtant qu'elles fonctionnent parfaitement... C'est que Gege veut s'en assurer à l'atelier avant de lancer le chantier effectivement délicat de la rénovation des tuyauteries. Et depuis, Nimic resté tout nu ne peut qu'attendre sa disponibilité, accordée parcimonieusement quand les riches clients de la pêche sportive exigent des soins immédiats en période de tournoi !
Au bord de la piscine, mar. 2024
Temps maussade de semaine sainte, mar. 2024
Promeneurs de plage, mar. 2024
J'ai pris mon mal en patience dans la piscine du Club, et sur la plage dont je connais maintenant les moindres détails. Le mercredi, j'ai fait un saut en bus à Quepos, histoire d'avoir des nouvelles d'un ami subitement muet.

Le samedi c'était l'anniversaire de Timour, qui en profitait pour faire la fête dans la nouvelle maison qu'il vient d'acquérir avec sa compagne Laura juste à l'entrée de San José. Quarante-cinq ans auparavant, c'était aussi un samedi saint. De mon lit d'accouchée à l'Hôtel Dieu sur l'île de la Cité à Paris, j'entendais les cloches de Notre-Dame dérouler les offices, et le lendemain battre à la volée pour la Grand-messe de la Résurrection.
Quarante-cinq ans, ça se fête en famille, mar. 2024
Ca se fête,  à deux..., mar. 2024
Avec les amis, et le DJ aux commandes de la playstation, mar. 2024
Ah, oui... Qu'est-il arrivé à José, mon ami de Quepos travaillant à la sécurité de la jetée protégeant le mouillage ? Rien de grave, une péripétie à la mode tico, me dit-on... Il s'est juste fait descendre par les narco-trafiquants alors qu'il allait prendre le bus pour sa garde de nuit. Le digas a Dios si tienes un problema.
In memoriam José, mar. 2024

dimanche 17 mars 2024

Eté tico

.Tiens, une aigrette !, fév. 2024
Aube avec merle au CRYC, mar. 2024
On appelle équinoxe de printemps, ou d'automne en septembre, ce moment où lune et soleil alignent leurs trajectoires dans le ciel terrestre en nous offrant des nuits aussi longues que des jours. Européo centrisme, bien sûr. Au Costa Rica, la saison en cours s'appelle verano, l'été, car c'est la période la plus chaude de l'année avec le soleil à la verticale.
Grande marée basse au port de pêche, côté rio, mar. 2024
Grande marée haute sur la plage, côté baie, avec cargos en ligne de fond, mar. 2024
Le grand balancement des marées induit par la conjonction des astres s'accompagne d'une hygrométrie élevée, et l'on passe la journée à se demander si les vêtements sont mouillés par l'humidité ambiante ou par la production de sueur des corps. Un tico de passage, comme moi, peut toujours gamberger sur la qualité conjoncturelle, structurelle ou cataclysmique de cette élévation des températures. On fait comme les ticos, on ralentit. Mais on vaque à ses obligations journalières et on produit quand même !
Coin évier prêt à recevoir un nouveau plan d'encastrement, fév. 2024
Coin évier tout beau tout neuf, fév. 2024
Gato en plein travail, fév. 2024
Comme par exemple le premier jeu de réparations effectué par Dagoberto, dit Gato, le chat, un des menuisiers qu'on trouve au chantier du CRYC. Pour la remise à neuf de l'encastrement de l'évier. Le remplacement du bordé avant babord arraché au large de Quepos - en attendant l'arrivée d'un nouveau chaumard depuis les ateliers d'impression 3D de l'Herbaudière.
Chaumard restant sur tribord, à reproduire en miroir en impression 3D, fév. 2024
Et la remise d'aplomb de l'escalier de descente, dont la dernière marche avait cédé sous le poids de l'âge.
Tiens, un pélican !, fév. 2024
Pour la Capitaine, ça a été la clôture de l'opération de renouvellement du passeport. Je vous épargne la montagne de documents administratifs variés - français aussi bien que ticos - que je collectionne. Je suis repassée au consulat à San José pour le récupérer.
Caserne des pompiers à San José, janv. 2024
Street art près de l'ambassade à San José, janv. 2024
Mur végétalisé à San José, janv. 2024
Entrée de la résidence du Président à San José - mitoyenne du Franco, fév. 2024
Du coup, histoire d'avoir un visa flambant neuf - et pour six mois s'il vous plait, je suis aussi passée à Paris...
Café Zeyer, fév. 2024
à Castelmoron...
Entrée de l'abattoir, fév. 2024
et à Noirmoutier, pour y saluer parents et amis.
Plage des Souzeaux, fév. 2024
Plage des Dames, fév. 2024
La Clairière, fév. 2024
Noirmoutier depuis la jetée Jacobsen, fév. 2024
Etier du Moulin, fév. 2024
Port de l'Herbaudière, fév. 2024
Monica est passée par ici...!, fév. 2024
Vue vers l'Ouest depuis le pont, fév. 2024
J'en ai rapporté quelques perles... Une capitaine en préparation...
Future capitaine à un, dix et quinze ans, fév. 2024
Marraine et Capitaine avant le départ de Nimic II en 2018, nov. 2021
Un Amiral (ou Général ?) en formation familiale ...pas dans son atelier de boiseries pour Nimic II, mais en patrouille de Mirage 2000 !
La patrouille du siècle avant Nimic II, fév. 2024
En rentrant on a repris le rythme. Et l'on ne peut que s'interroger sur la fragilité de la société tico. Parapluie américain ou fierté nationale d'une constitution abolissant les forces armées ?
Front de mer à Puntarenas, côté Est, mar. 2024
Front de mer à Puntarenas, côté Ouest, mar. 2024
Douceur de vivre d'un micro-climat somme toute avenant et d'un territoire riche en biodiversité - ou soumission aux impératifs d'une économie fondée sur le tourisme écologique ?
Nouveau bâtiment ? Mastodonte pour retraités gringos, mar. 2024
Front de mer à Puntarenas, côté Sud, fév. 2024
En réalité, le salaire minimum - environ 700 USD, celui que perçoit l'immense majorité des travailleurs - ne permet pas à une famille de survivre. Mendiants permanents ou d'occasion, estropiés et autres oubliés du système social envahissent les trottoirs des rues de province, et l'accès aux sites touristiques. C'est ici qu'on trouve aussi les élites locales, hauts fonctionnaires ou entrepreneurs - qui arrivent le week-end en hélicoptère dans les marinas, pour mettre en valeur les visiteurs gringos en essayant de se hisser à leur niveau de richesse. C'est ici qu'a été inventé le concept de république bananière.
Un système social parrainé par les gringos, mar. 2024
Boutiques rutilantes de gadgets pour touristes, mar. 2024
Produits macrobiotiques en conteneurs plastiques, mar. 2024
Quant aux populations autochtones, elles ont été quasi exclues de l'éducation.
Sauve qui peut, on coule !, fév. 2024
Une manière salée-sucrée de s'abstraire la réalité mondiale ? Ou de se protéger de ses brûlantes convulsions ?
J'ai toute liberté d'oublier tout ça, avec mon statut de privilégiée. Reste néanmoins à remettre Nimic II en état de navigation hauturière, et c'est pas gagné : l'étanchéité des tubes de pompes est un préalable qui sera traité cette semaine - si le rendez-vous est honoré ; ensuite on décidera de changer ou non la grand-voile ; et enfin on s'occupera à toutes les avaries intempestives, histoire d'attendre la prochaine fenêtre de navigation australe. Je vous salue bien !
Plage pour surfeurs à Cocal, janv. 2024
Bien le bonjour de la Capitaine !, mar. 2024

samedi 27 janvier 2024

Adios Quepos ! Hola Punta !

Il a fallu s'y résoudre... Après presque trois mois passés en baie de Quepos à vainement essayer de produire un plan de travail crédible avec la marina Pez Vela, et devant les coûts exorbitants que cela impliquait - 200 USD pour chaque nuitée... Après avoir bataillé avec Jorge le maître des corps-morts à vainement tenter de lui faire admettre que la sûreté du mouillage dépendait du rapport entre le poids posé au fond et celui du bateau qui en dépendait...
Nimic II et moi avons repris la mer vers Puntarenas et l'abri fluvial du Costa Rica Yacht Club. Ici au moins on sait ce qu'est un voilier et ses besoins techniques.
Bien sûr je n'oublierai pas la jolie petite ville de Quepos, son malecon avec vue sur la baie, ses hauteurs embourgeoisées et ses plages secrètes.
Entrée de la Boca Vieja de Quepos, janv. 2024
Iguane sur le 'malecon' de Quepos, janv. 2024
Décoration de Noël en bouteilles de plastique à Pez Vela, janv. 2024
Pêcheurs sportifs en tournoi à Pez Vela, janv. 2024
Descente vers Playa Macha, janv. 2024
De Playa Macha à Manuel Antonio en passant par Byzans, les plages secrètes de Quepos sous le grain, janv. 2024
Plages secrètes de Quepos et vol de pélicans, janv. 2024
Bien sûr vont me manquer les magnifiques couchers de soleil sur le Pacifique... avec leurs hordes d'admirateurs !
Coucher de soleil de Quepos, janv. 2024
Vol de pélicans au coucher du soleil de Quepos, janv. 2024
Pêcheur sportif et paquebot à voile au coucher du soleil de Quepos, janv. 2024
Barge LutJanus de Martec, paquebot Dumont d'Urville et autres catamarans au coucher de soleil de Quepos, janv. 2024
Coucher de soleil de Quepos côté pécheur sportif, janv. 2024
Coucher de soleil de Quepos côté travailleurs de la Martec, janv. 2024
Sea Cloud Spirit et Wind Star en espoir de coucher du soleil à Quepos, janv. 2024
Bien sûr je remercie tous nos nouveaux amis de la jetée de l'INCOP, et les équipes de la Martec qui y font le show.
Merci Arturo pour les coups de main occasionnels, janv. 2024
Merci Shirley, toute nouvelle agente de sécurité, déc. 2023
Merci José Manuel, chef de la sécurité, janv. 2024
Merci pour le spectacle permanent de la Martec, janv. 2024
Merci aux muchachos de la Martec toujours pleins d'énergie et prêts aux manœuvres d'urgence, janv. 2024

Dès le début du trajet dimanche matin j'ai fait deux rencontres.
D'abord mon premier grand cétacé - quatre mètres de longueur environ - en poursuite du bateau et en photos...! Mais je n'ai pas la moindre idée de quelle espèce il s'agit, les commentaires sont les bienvenus.
Ne te retourne pas, tu es suivie !, janv. 2024
Vu de loin ça ressemble à un beluga, mais c'est réputé animal d'eaux froides, janv. 2024
Juste le temps de voir le sillage quand ça souffle, janv. 2024
On dirait presque un phoque, janv. 2024
Insaisissable !, janv. 2024
Et puis, deux heures à peine après le dérapage, à environ cinq milles en pleine mer, est apparu sur l'horizon un alignement de constructions au raz de l'eau, comme une cité de HLM. Au beau milieu j'ai reconnu la silhouette du San Luis, l'un des bateaux de la Martec qu'on voit régulièrement à la jetée de l'INCOP à Quepos. J'ai compris que nous allions doubler la "ferme marine" de la Martec, dont les jeunes équipes embarquent tous les matins sur la jetée pour aller travailler derrière l'horizon.
Une ville à l'horizon ?, janv. 2024
La ferme marine de la Martec !, janv. 2024
Et je pense maintenant que c'était les mêmes installations - sans signal AIS, sans indication sur les cartes - que j'avais aperçues au milieu des embruns en approchant Quepos pour la première fois il y a trois mois, dans la tempête nocturne qui a arraché la grand-voile. Nous avions eu beaucoup de chance d'éviter d'en cogner l'un des éléments.

Une fois ces émotions passées, la navigation s'est installée. Soleil de plomb sur le Pacifique, vent erratique... Je me disais que j'en avais pour un moment, d'autant que je ne voulais pas tirer sur le moteur par cette chaleur et à cause du désamorçage de la pompe du réservoir journalier... C'est l'un des travaux en suspens. Au départ j'avais annoncé au Yacht Club mon arrivée pour lundi soir ou mardi matin, car à l'imprévisibilité s'ajoutait l'obligation de naviguer avec deux ris dans la grand-voile, puisque la déchirure est horizontale complètement en travers juste en dessous de la deuxième bande de ris.
On apprécierait un peu plus de vent dans cette grand-voile à deux ris obligatoires !, janv. 2024
En fin de journée nous étions au large de Herradura dans la brise faiblissante. Et puis, dès le coucher du soleil, s'est installée une splendide thermique de quinze à vingt noeuds, qui nous a propulsés à une moyenne de sept noeuds, au près bien sûr pour rentrer dans la baie de Nicoya. Tirer des bords dans un vent en bouffées d'air chaud et frais, qui tourne dans le bon sens sous la lune presque pleine, sur une mer quasi-plate et tiède comme une baignoire... quoi de plus jouissif pour un bateau tout couturé, pour une capitaine en interrogations ?
Cargo au mouillage de Caldera, janv. 2024
Nous sommes arrivés dix heures plus tard en vue de Caldera. Lundi donc, au point du jour nous avons doublé les cargos au mouillage. Et au lever du soleil nous demandions le pilote du Club pour la pleine mer à midi à l'entrée du rio Puntarenas. Il ne restait plus qu'a se laisser dériver doucement en attendant l'heure...
Lever de soleil en baie de Puntarenas, janv. 2024
Tout bien ferlé, on se laisse dériver vers la pointe de Puntarenas, janv. 2024
En compagnie des pélicans, janv. 2024
Le grand show du petit matin, janv. 2024
Alors voilà... Nimic et moi avons retrouvé nos amis - comme une famille - au Yacht Club. Et nos habitudes au ponton flottant pour le bateau, en balade sur la plage pour moi.
Premier réveil à notre ponton habituel dans le rio Puntarenas, janv. 2024
Ma première tortue... quelle tristesse !, janv. 2024
Les maisons sur la dune en quête de renouveau, janv. 2024
A Puntarenas comme à Quepos, suceurs d'énergie fossile à gogo, janv. 2024
Installations portuaires en décrépitude, janv. 2024
Le héron du CRYC à marée basse, janv. 2024
L'iguane du Club en quête d'une friandise, janv. 2024
Une fois que j'aurais récupéré mon nouveau passeport au consulat de San José, ce lundi, une fois ma situation régularisée auprès des services des Migraciones, ce mardi, j'espère passer enfin trois mois productifs pour remettre Nimic II en état de voyager.
La police a retrouvé et m'a rendu mon vieux passeport, janv. 2024
Travaux en cours : la plaque d'encastrement de l'évier !, janv. 2024

samedi 6 janvier 2024

Quepos Nouveau !

Festivités du Nouvel An à Quepos, déc. 2023
Festivités de Nouvel An à Quepos, déc. 2023
Feu d'artifice à Quepos, janv. 2024
Ca boume à Quepos ! J'espère bien que ça boume aussi pour vous, ou du moins que l'année 2024 sera globalement plus sereine que celle qui vient de s'achever, et que chacun d'entre vous verra ses projets avancer dans le bon sens !
Nimic II au mouillage de Quepos, déc. 2023, déc. 2023
Petit retour sur les derniers mois de 2023 : aucun évènement ne surnage dans les espoirs et déboires de la Capitaine en attente de réparations et de son nouveau passeport, au mouillage sur une côte magnifique dont les habitants ne connaissent rien à la navigation à la voile. Il faut faire de multiples démarches, remplir des formulaires, rencontrer les fonctionnaires d'administrations variées et du coup voyager dans le pays.
San José, capitale du Costa Rica, déc. 2023, nov. 2023
San José pour le consulat de France... J'en ai profité pour traverser la ville à pied.
Edifices publics à San José, nov. 2023
Les Ticos toujours souriant.e.s, nov. 2023
Fresque murale à San José, nov. 2023
Fresque murale à San José, nov. 2023
Fresque murale à San José, nov. 2023
Fresque murale à San José, nov. 2023
Verdure citadine à San José, nov. 2023
Le ferrocaril de San José, nov. 2023
Rues tranquilles à San José, nov. 2023
Rues tranquilles à San José, nov. 2023
San José, une capitale dans les montagnes tropicales, nov. 2023
Et le pays en bus, dans tous les sens.
Rio Crocodile, nov. 2023
Puntarenas, nov. 2023
Puntarenas, nov. 2023
Les petits et grands recoins de Quepos.
Suite de tentative de renflouage à Quepos, nov. 2023
Quepos côté Boca Vieja, nov. 2023
Quepos Boca Vieja, nov. 2023
Quepos Marathon, nov. 2023
Quepos, nov. 2023
Quepos, déc. 2023
Quepos, déc. 2023
Quepos, déc. 2023
Quepos côté marina, janv. 2024
Les plages renommées ou secrètes de la côte.
Manuel Antonio, nov. 2023
Playa Macha, déc. 2023
Playa Macha, déc. 2023
Playa Macha, déc. 2023
Et j'ai encore passé beaucoup de temps à admirer les beautés naturelles ou humaines du mouillage.
Au corps-mort à Quepos, nov. 2023
Départs de tournoi à Quepos, nov. 2023
Départs de tournoi à Quepos, nov. 2023
Cadeau de pêcheurs, nov. 2023
Voisin de mouillage à Quepos, nov. 2023
Levers et couchers de soleil à Quepos, déc. 2023
Levers et couchers de soleil à Quepos, nov. 2023
Averses tropicales à Quepos, déc. 2023
Vie du port : petits et grands voisins.
Faune aérienne du port de Quepos, nov. 2023
Faune terrestre du port de Quepos, déc. 2023
Faune terrestre du port de Quepos en pleine activité de repeuplement, déc. 2023
Grands voisins de mouillage à Quepos, déc. 2023
Grands voisins de mouillage à Quepos, déc. 2023
Grands voisins de mouillage à Quepos, déc. 2023
Martec en action au mouillage à Quepos, déc. 2023
Martec en action au mouillage à Quepos, déc. 2023
Martec en action au mouillage à Quepos, déc. 2023
Enfin, si tout va bien et si les arcanes de l'administration tico se dénouent, je pourrais pallier les diverses avaries qui surviennent inévitablement sur un bateau qui a fait son temps : remplacer un chaumard sur un bordé qui a sauté...
Avaries en cours : chaumard d'avant, déc. 2023
changer une marche de l'escalier de descente...
Avaries en cours : dernier échelon de la descente, déc. 2023
remplacer la planche d'encastrement de l'évier, assurer la bonne aspiration des pompes de cale et de fuel.
Carré en champ de bataille, déc. 2023
Capitaine en alerte, déc. 2023
Bateau en attente de dérapage, décembre 2023, déc. 2023
Et surtout rester alerte pour répondre aux urgences, comme par exemple le jour où le corps-mort à 200 dollars garanti tous temps s'est retrouvé baladé comme une balançoire au premier coup de vent. Du coup, Nimic II et moi ne faisons plus confiance à personne, et nous sommes maintenant à l'ancre !
P.S. Si je peux poster aujourd'hui ce billet, c'est grâce à la boutique Tecsa Computers à Quepos, qui a redonné un coup de jeune aux connexions de mon laptop !
Merci TecsaComp à Quepos, janv. 2024
En synthèse : Merci 2023, bonjour 2024.

samedi 11 novembre 2023

Puerto Quepos

On vous avait promis les Galapagos.
Nimic au départ de Puntarenas, nov. 2023
Dernière visite à Fray Casiano, nov. 2023
On a pas tardé à déchanter.... Pourtant le départ était superbe, accompagné de Timour pendant la descente du rio Puntarenas vers la pointe. Il y a même eu un peu de vent pour hisser confortablement la grand voile avec un ris en prévision des orages, ainsi que l'artimon, et dérouler le génois pour sortir de la baie en tirant des bords contre la brise de mer. On voyait déjà s'élargir le panorama du grand large quand la réalité m'est tombée dessus comme un sac de plomb : ça ballotait de l'eau dans les fonds, jusqu'aux planchers ! La grosse pompe Edson à main soufflait comme un vieux cheval sans sortir une goutte, la pompe automatique électrique avait manifestement abandonné tous ses devoirs... Après un moment de panique au cours duquel j'ai quand même vérifié toutes les vannes, j'ai pu résorber le niveau au seau rempli à l'éponge dans le puits du moteur, lequel était heureusement resté à quelques millimètres au-dessus du niveau de l'eau.
Pompe de cale en grève, nov. 2023
Le seau, auxiliaire de contrôle de niveau d'eau, nov. 2023
Un appel d'urgence sur le canal 16 m'a fait connaître l'existence des services privés de sauvetage en mer, qui sont arrivés à moi alors que j'avais déjà atteint Herradura, et mouillé à l'endroit exact où j'avais séjourné en début d'année. Les muchachos de la SNSM locale avaient l'air bien dépités que je me sois sortie d'affaire toute seule....
A la sortie d'Herradura, nov. 2023
Après une nuit à récupérer de mes émotions en vérifiant qu'il n'y avait plus d'entrée d'eau, un matin à consulter divers contacts - pas question de départ sans avoir remis en fonction les pompes de cale, nous avons fait route vers Quepos ! Même si c'est moins loin avec moins de lettres, au moins ça rime avec Galapagos... ;)
Ah, j'ai oublié de vous dire... le départ, c'était un vendredi 13...! Et pour confirmer la malchance, alors que, le lendemain, nous n'étions plus qu'à un mille de Quepos dans le tout petit temps, un éclair soudain a frappé la mer à deux cents mêtres du bateau et déclenché un énorme orage obscurcissant tout. Je me suis précipitée à l'abri dans la cage de Faraday de la cabine. Ca a duré une heure trente, où j'ai lutté pour nous éloigner de la côte.
L'orage s'annonce, nov. 2023
Bilan : une grande déchirure horizontale dans la grand-voile, juste au-dessous de la deuxième bande de ris.
Grand-voile coupée en deux entre premier et deuxième ris, nov. 2023
Après avoir passé le week-end au mouillage devant le parc naturel Manuel Antonio - la plage Byzance, ça ne s'invente pas ! nous voilà maintenant à faire le bouchon depuis trois semaines à Puerto Quepos, au raz des digues en blocs de béton de la marina à 200 dols la nuit - qui ne reçoit pas les bateaux en avarie de pompe.
Au corps-mort entre la jetée du vieux chemin de fer et les digues de la marina, nov. 2023
Entrée de la Boca Vieja devant Quepos, nov. 2023
Les digues de la marina dans le paysage, Nimic est derrière, nov. 2023
On se fait snober par les pêcheurs sportifs et autres embarcations de tourisme qui en sortent comme d'un lance-pierre... et parfois on compatit aux déboires d'un encore moins fortuné, qui aura été au corps-mort comme nous, jusqu'à se retrouver six mètres sous l'eau mais toujours au corps-mort... pour avoir oublié une vanne !
Voisin de mouillage à l'entrée de la marina, nov. 2023
Tentative de renflouement pour notre voisin de mouillage, nov. 2023
On fait quelques descentes à terre histoire de découvrir les quartiers favorisés dans les hauteurs, la petite ville de Quepos avec ses boutiques de réappros - où les tarifs sont moitié moins chers qu'à Puntarenas - et le village de mangrove mitoyen de Cocal - l'équivalent comme lieu de perdition de Fray Casiano à Puntarenas .
Point de vue sur l'estuaire, nov. 2023
Belle demeure dans les hauteurs, nov. 2023
Balade au frais, nov. 2023
Festivités en ville, nov. 2023
Maison de mangrove, nov. 2023
Chassé-croisé de navettes vers Cocal, nov. 2023
Plage de Cocal, nov. 2023
On bénéficie de l'attention des équipes de pêcheurs et mareyeurs professionnels qui tournent par tous les temps jusqu'à l'autre côté de la baie.
Pêcheurs au mouillage, nov. 2023
Pêcheurs en visite, nov. 2023
Pêcheurs sous le grain, nov. 2023
Mareyeur en visite, nov. 2023
Mareyeur en charge à la jetée du ferrocaril, nov. 2023
Mareyeur sous le grain, nov. 2023
Plateforme de grutage en visite, nov. 2023
Plateforme de grutage sous le grain, nov. 2023
Escadre des mareyeurs au grand complet au mouillage, nov. 2023 Parfois, on se recroqueville à bord en espérant que les amarres tiendront jusqu'à la fin du coup de chien.
Tempête tropicale Pilar, nov. 2023
Houle du Pacifique par grande marée haute, nov. 2023
Le mouillage est grand ouvert vers l'Ouest, nov. 2023
Maraudeur en quête d'abri, nov. 2023
Maraudeur traversant le mouillage, nov. 2023
Maraudeur bientôt au sec dans la marina, nov. 2023
Equipage local trouvant son chemin dans l'estuaire, nov. 2023
Et on entretient la bonne entente avec l'équipe de sécurité de la jetée du ferrocaril désaffecté, histoire d'avoir les soutiens indispensables en cas de coup dur.
Nimic et quelques voisins depuis la jetée du ferrocaril, nov. 2023
Vestiges du ferrocaril, nov. 2023
Vestiges du ferrocaril ou oeuvre d'art ?, nov. 2023
Nimic aux bons soins de l'équipe de sécurité de la jetée, nov. 2023
Et bien sûr, on prend le temps de connaître la faune locale.
Faune locale numéro 1, nov. 2023
Faune locale numéro 2, nov. 2023
Faune locale numéro 3, nov. 2023
Faune locale numéro 4, nov. 2023
PS... Difficile de faire passer en photos la brusquerie d'une averse tropicale !
Fin de matinée ensoleillée depuis la jetée, nov. 2023
Mi-journée sur Cocal, nov. 2023
Mi-journée sur la marina, nov. 2023
Après-midi au mouillage, nov. 2023
Ca mouille au mouillage, nov. 2023
Pêcheur sportif en quête d'abri, nov. 2023
Ca mouille pour tout le monde, nov. 2023
Sillage écrasé par la pluie, nov. 2023
L'abri n'est plus très loin..., nov. 2023
Parfois le ciel se dégage, nov. 2023
En quelques minutes, le mouillage retrouve son calme, nov. 2023

dimanche 24 septembre 2023

Equinoxe

Petit matin au ponton du Costa Rica Yacht Club, oct. 2023
Où diable ranger tout ça ? oct. 2023
Dans les fonds tous propres, bien sûr ! oct. 2023
Endraillage du génois, oct. 2023
Enroulage du génois, oct. 2023
Au ponton dans l'estuaire du rio Puntarenas, oct. 2023
Nimic tout beau, tout neuf, prêt à démarrer, oct. 2023
Une fois Nimic repeint et à l'eau, on s'est préparé à reprendre la mer, avec l'aide de nos amis locaux : ...la faune tropicale en vigie
Merle moqueur au bar du CRYC, oct. 2023

Pélican en inspection, oct. 2023
Pélicans en patrouille, oct. 2023
Butor en quart de vigie, oct. 2023
Butor en vérification d'amarage, oct. 2023
La flèche bleue et le cri de butor, c'est lui !, oct. 2023
Roquet noir en patrouille, oct. 2023
Roquet roux en appoint, oct. 2023
Roquet sable en réserve, oct. 2023
...l'équipe de la marina et ses intervenants techniques
Timo à dégager les obstructions, oct. 2023
Equipe de halage, oct. 2023
Youyou en navette entre club et chantier, oct. 2023
...les locaux en célébrations, en balade ou en exercices
Célébration du héros local, oct. 2023
Se détendre à Chacarita, oct. 2023
Prendre une bière au Ceviche del Puerto ? oct. 2023
Pédaler sur la crête de la dune, oct. 2023
Se dérouiller au réveil, oct. 2023
Apprendre à faire de la voile ? oct. 2023
Lancer dans le surf de la plage, oct. 2023
...les touristes en conserve flottante
Touristes en conserve n°1, oct. 2023
Touristes en conserve n°2, oct. 2023
Touristes en conserve n°3, oct. 2023
Touristes en conserve n°4, oct. 2023
Quai de conserve à touristes à Puntarenas, oct. 2023
...et les mouvement de la mer au gré de la pleine lune : trois mètres de marnage ce n'est pas rien, surtout quand on est sur un ponton flottant à moins de dix mètres des arbres !
Nimic II au ponton dans la mangrove, oct. 2023
Petit matin au ponton, oct. 2023
La dune et ses maisons vues du ponton, oct. 2023
Petit matin à marée haute, oct. 2023
Grande marée haute au chantier, les pieds dans l'eau, oct. 2023
Grande marée haute sur la plage, oct. 2023
Grande marée haute au raz du bar du Ceviche, oct. 2023
Mi-marée du soir, oct. 2023
Basse mer de vive-eau dans l'estuaire, oct. 2023
Le chantier plane au-dessus de la basse mer, oct. 2023
Grande marée basse, oct. 2023
Heure de la basse mer, ça descend encore, oct. 2023
Les cailloux affleurent, oct. 2023
Un ponton solidement ancré, oct. 2023
On s'inquiète quand même pour le cordon dunaire, rongé de trous là où les rouleaux baladent les massives reliques de la mangrove. Et ce n'est pas le sable ramené par les mortes eaux qui empêchera les brêches durant les grandes marées d'équinoxe, les riverains l'ont bien compris.
Le Ceviche au bonheur des vagues, oct. 2023
Ravage de vives eaux sur la dune, oct. 2023
Laisse de vives-eaux n°1, oct. 2023
Laisses de vives eaux n°2 et 3, oct. 2023
Laisses de vives eaux n°4, 5 et 6, oct. 2023
Laisses de vives eaux n°7 et 8, oct. 2023
Point d'observation de plage, laisses et casseroles, oct. 2023
C'est bien beau mais ça fait des trous !, oct. 2023
Sans commentaire ?, oct. 2023
Nimic bien planqué derrière le Ceviche del Puerto..., oct. 2023
...mais le Ceviche rend la main ! oct. 2023
On n'a pas oublié les repérages et les papiers de sortie qu'on est allé chercher jusqu'à Caldera, on en a profité pour saluer les cargos qui reprendront la mer aussi...
Repérage des bancs de sable dans l'estuaire, oct. 2023
En route pour Caldera, oct. 2023
Bureau de la Capitainerie de Caldera, oct. 2023
Maman, les p'tits bateaux ont-ils des jambes ?, oct. 2023
et les camions qui retrouvent la route après leur passage à quai.

Maman les gros camions !, oct. 2023
Duel ?, oct. 2023
Clin d'œil à Sam Davies, oct. 2023
Merci les Ticos !, oct. 2023
Merci aux Ticos et surtout ceux du CRYC, et bien le bonjour à tous depuis le Pacifique !
Merci le CRYC !, oct. 2023
Bien le bonjour depuis le Pacifique !, oct. 2023

jeudi 21 septembre 2023

Index Saison 2023

Le Pacifique et sa houle, on y est. On se prépare à y naviguer !

Deux, un, zéro...! 1er janvier 2023
Dans tes rêves ! 9 février 2023
Voiles et Voiiliers - 13 mars 2023
Record d'escargot - 23 mars 2023
Puntarenas avec anniversaire à Flamingo - 17 avril 2023
Un pour vingt-quatre... 2 juin 2023
Tornade - 8 juin 2023
Road trip à Paso Canoas - 19 juin 2023
Chaises musicales - 21 juin 2023
Mangrove ? 14 juillet 2023
Sous le soleil de la pointe aux sables - 27 juillet 2023
Echevelés - 17 août 2023
A la baille ! 16 septembre 2023
Equinoxe - 21 septembre 2023
Puerto Quepos - 11 novembre 2023

Agate : pour me joindre... nimic(arobase)archambeaud(point)eu
Les commentaires sont relus et validés avant publication, et j'en profite pour vous répondre ;)

samedi 16 septembre 2023

A la baille !

Equipage de Discovery Passage, août 2023
Cheerleader de Discovery Passage, août 2023
Outre Nimic II, Discovery Passage est le seul bateau étranger qui soit passé au Costa Rica Yacht Club durant les six mois où nous y avons résidé. Ils étaient probablement largement fournis en dollars canadiens pour réparer en urgence leur arbre d'hélice : ils avaient dû remonter toute la baie de Nicoya au moteur de leur annexe, amarrée au flanc de leur bateau désemparé. Une fois réglé le problème, la petite famille s'est éclipsée pour échapper aux armées d'insectes de mangrove - moustiques, no-see-ums et autres perrugas qui rendent ici intenables les aubes et les crépuscules.
Sur Nimic, on se cache sous les draps à ces heures-là... Et pour moi, leur départ était un peu comme une répétition générale ;)
Timo, Timo, pivot des mises à l'eau, sept. 2023
Mains fortes des mises à l'eau, sept. 2023
On a aussi participé aux événements locaux !
Œuvre d'art sur Osprey, sept. 2023
Baptême d'Osprey, sept. 2023
On est passé souvent sur la plage pour suivre l'évolution de la dune... On a constaté que la grande marée d'équinoxe avait levé les vagues par-dessus la route du cordon dunaire. Désespoir à la plage, sept. 2023
Sortie de l'eau à la plage, sept. 2023
Remblai à la baille, sept. 2023
Baille à l'attaque sur la dune, sept. 2023
Laisses de baille en tas sur la dune, sept. 2023
On a passé avec succès toutes les étapes vers la remise à l'eau de Nimic, soigneusement notées dans une liste que je coche au jour le jour... : différentes couches de peinture...
Plus qu'à passer l'antifouling, sept. 2023
...abonnement iridium
Iridium en fonction mais sans modem, sept. 2023
...brûleurs du réchaud
Brûleurs pour le réchaud, sept. 2023
...appros vitales comme les lentilles !
La baille vue du bistrot de la plage, sept. 2023
Répétition pour la parade de la Fête Nationale, sept. 2023
Le grand jour est arrivé, c'était cette semaine. Il a fallu compter avec la marée - au moins six pieds de fond sous le travel lift ; avec le calendrier local - le 15 septembre est le Jour de l'Indépendance du Costa Rica, férié donc. Il a fallu arbitrer entre les différentes contraintes réglementaires - expiration de visa et autres documents de sortie, encore compliquées à cause de la dite Fête Nationale !
Haha, bientôt à la baille, sept. 2023
Travellift vers la baille, sept. 2023
En position au-dessus de la baille, sept. 2023
A toucher la baille !, sept. 2023
La Capitaine presqu'à la baille, sept. 2023
Nous voilà de retour à l'eau, avec l'aide de tous nos amis locaux. Au passage, j'ai pu tâter de la parfaite température de la rivière, quand l'étroit ponton destiné à Nimic a prestement basculé au moment où j'ai posé le pied dessus pour l'amarrage. En prime, et comme pour me réconforter, voici des photos prises par Max, notamment quand il a grimpé au mât pour changer la poulie de la drisse de trinquette.
Max le rigger en pleine action, sept. 2023
Sauvée de la baille !, sept. 2023
Voilà, voilà... On termine la checklist, notamment en réendraillant les voiles d'avant. Dès qu'on a le zarpe et fini les appros, on y va. Où ça ? Mais en Patagonie, bien sûr... en passant par les Galapagos et l'île de Pâques !

jeudi 17 août 2023

Echevelés...

Litchies chevelus, août 2023
Lot de litchies chevelus - appelés aussi ramboutan et ici mamon - trouvé en bord de route pour un prix d'amis, et dont le noyau n'est pas comestible selon la vendeuse. Une recherche sur internet affirmant le contraire tout en suggérant un 'léger effet narcotique'... je l'ai sur le champ testé, ce qui m'a laissée ...échevelée ?
Echevelés, comme les différents animaux, végétaux ou mouvements marins rencontrés au hasard de flâneries le long du banc de sable de Puntarenas.
Tortue de quai échevelée à Puntarenas, août 2023
Iguane de port échevelé, août 2023
Echoué pour carénage, août 2023
Végétal à coiffure échevelée, août 2023
Vague échevelée, août 2023
Echevelée comme la houle décoiffée par la brise de mer, et dont le ressac vient arracher les défenses de la dune.
Plage échevelée, août 2023
Rouleau échevelé, août 2023
Lame de fond échevelée, août 2023
Laisses de mangrove échevelées, août 2023
Sable échevelé et même emporté, août 2023
Echevelée, et même éventrée, comme la fragile plage de l'isthme qui longe l'estuaire du rio Puntarenas.
Dune échevelée, août 2023
Remblai emporté, août 2023
Remblai défoncé, août 2023
Défenses sapées, août 2023
Défenses enfoncées, août 2023
Effacé d'un mètre, repoussé, recreusé sur plusieurs centaines de mètres, l'épaulement protégant les façades des villas devant la baie.
Protections arrachées, août 2023
Plage rognée, août 2023
Cordon dunaire attaqué, août 2023
Maisons menacées, août 2023
Si les réparations en cours aboutissent, Nimic II sera parti avant que tout ça ne lâche vraiment... On attend toujours Max pour installer la nouvelle télécommande du guindeau ; ainsi que la livraison des nouveaux brûleurs pour le réchaud... déchevelés à la douane ;)
Nouvelle commande de guindeau esseulée, août 2023
Boulons de six en attente, août 2023
Et on reste toujours aussi émerveillée des productions marines.
Sculpture marine isolée et magnifique, août 2023

jeudi 27 juillet 2023

Sous le soleil de la pointe aux sables (et de son phare) avec pélicans en compétition

Phare de Puntarenas, juil. 2023
Tout au bout de la langue de sable de Puntarenas, il y a le phare. Celui que je n'avais pas vu en le doublant à mon arrivée parce qu'il faisait déjà nuit. Celui que j'ai bien du mal à voir aujourd'hui à cause du soleil de plomb qui empêche de lever le regard.
Celui qui signale le terminal des ferries dans les contre-courants derrière la pointe.
Terminal des ferries de Puntarenas, juil. 2023
Celui que les touristes adorent, parce qu'il leur offre d'innombrables attractions et leur fait miroiter de grandes traversées pacifiques.
A l'ombre des amandiers de Puntarenas, juil. 2023
Sous le soleil de Puntarenas, juil. 2023
A sa pente Sud, c'est l'empire des plages bien peignées quand il s'agit d'en faire commerce.
Sur la plage de Puntarenas, juil. 2023
Plage de Puntarenas vers la presqu'île de Nicoya, juil. 2023
Plage de Puntarenas vers l'Est, juil. 2023
Paquebot à Puntarenas, juil. 2023
Débarcadère de Puntarenas, juil. 2023 Ou alors ce sont des dunes éventrées par les laisses de la mangrove, là où les particuliers n'ont plus la force de se battre contre la montée des eaux.
Jardin de plage à Puntarenas, juil. 2023
Côté Nord, dans l'estuaire balisé de bancs de sable...
Belle action à Puntarenas, juil. 2023
Concours de pêcheurs à Puntarenas, juil. 2023
Equipes en compétition à Puntarenas, juil. 2023
Outsider en visite à Puntarenas, juil. 2023
...c'est le domaine des pêcheurs, humains, félins ou oiseaux qui s'en disputent ardemment le contrôle.
Gardiens de but à Puntarenas, juil. 2023
Observateur à Puntarenas, juil. 2023
Franc-tireur à Puntarenas, juil. 2023
Filets à Puntarenas, juil. 2023
Terrain après la bataille à Puntarenas, juil. 2023
Equipe seconde à Puntarenas, juil. 2023
Ailier tribord à Puntarenas, juil. 2023
Ailier babord au démarrage à Puntarenas, juil. 2023
Bel élan à Puntarénas, juil. 2023
Envolée gagnante à Puntarenas, juil. 2023
Bel atterrissage à Puntarenas, juil. 2023
Et une fois qu'on a fini le grand tour par l'Ouest...
Equipe de support à Puntarenas, juil. 2023
Articles promotionnels à Puntarenas, juil. 2023
...on retrouve les constructions de la capitale régionale, bien décolorées par la perte d'enthousiasme de ses habitants, en moins de trois siècles d'existence.
Monument d'hydratation à Puntarenas, juil. 2023
Monument aux morts à Puntarenas, juil. 2023
Monument évacué à Puntarenas, juil. 2023
Monument d'intercession à Puntarenas, juil. 2023
En attendant qu'il se remette d'aplomb, autant vivre sur mon bateau, non ? Les amis à quatre pattes (ou plus) ne disent pas non.
Maintenance du réchaud à Puntarenas, juil. 2023
Botas, ami canin à Puntarenas, juil. 2023
Roxy, ami félin à Puntarenas, juil. 2023
Soutien papillonnant à Puntarenas, juil. 2023
Berges de l'estuaire à Puntarenas, juil. 2023

vendredi 14 juillet 2023

Mangrove ?

Martin-pêcheur en mangrove, juil. 2023
Nimic II en mangrove à Puntarenas, juil. 2023
Mangrove de plage à Puntarenas, juil. 2023
Quebrada en mangrove à Puntarenas, juil. 2023
...Ecosystème de marais maritime, incluant des végétaux essentiellement ligneux ne se développant que sur la zone de balancement des marées - appelée estran, ou encore zone intertidale - des côtes basses des régions tropicales.
Depuis quelques semaines, la mangrove est mon milieu. Nimic II y est fièrement planté sur le chantier du CRYC, derrière la bande de sable qui a donné son nom à Puntarenas, dans le lacis des estuaires des quebradas dispersant le trop-plein des pluies de saison. Alors, histoire d'occuper au mieux l'attente des intervenants techniques, j'ai arpenté les plages vers l'Est comme vers l'Ouest...
Isthme entre mer et mangrove, juil. 2023
Isthme mangé par la mer, juil. 2023
Le sable ou la mangrove ? juil. 2023
C'est toujours la mer qui gagne ! juil. 2023
Il faudra s'y résoudre...! juil. 2023

La mangrove laisse ses marques, juil. 2023
L'heure est au décompte... juil. 2023
Entre deux passages, un gros amas de débris écornait un peu plus la dune de sable gris-noir, et je me souvenais des mots du petit monsieur hébété à côté de son fauteuil ancestral : "J'ai soixante-quinze ans, Madame, ma famille s'est installée ici quand j'avais cinq ans... C'est la première fois que je vois une chose pareille !"
J'ai aussi pris les chemins de traverse...
Passerelle sur la quebrada, juil. 2023
Excursion en mangrove, juil. 2023
Traversée de la quebrada, juil. 2023
Pangas à l'abri dans la mangrove, juil. 2023
Montagnes derrière la mangrove, juil. 2023
Atelier de pêcheurs, juil. 2023
Village de pêcheurs dans la mangrove, juil. 2023
...vers l'intérieur des terres, par-delà les passerelles branlant au-dessus des villages de pêcheurs...
Du coca dans la mangrove ! juil. 2023
...et des œufs aussi :) juil. 2023
Asphalte, tôle ondulée ou mangrove ?, juil. 2023
Tiens, ils sont partis...! juil. 2023
Aigrette en mangrove, juil. 2023
Lessive en mangrove, juil. 2023
Câblage en mangrove, juil. 2023
Bananiers en mangrove, juil. 2023
...en terrain à peine mieux gagné sur la mer, et pour combien de temps ?
Habitants de mangrove, juil. 2023
Déplacement en mangrove, juil. 2023
C'est chez nous en mangrove ! juil. 2023
Supérette en mangrove, juil. 2023
En mangrove aussi, on va au boulot !, juil. 2023
Propriété sur mangrove, juil. 2023
La prairie derrière la mangrove, juil. 2023
Tiens donc, ils veulent partir, eux ? juil. 2023
Nous aussi, on prépare Nimic à repartir... ici en récupérant la drisse de grand-voile larguée en tête de mât ;) Merci Max !
Ya une embrouille en tête de mât ! juil. 2023
Merci, Max, d'avoir récupéré la drisse :) juil. 2023

mercredi 21 juin 2023

Chaises musicales

Un voisin de derrière qui a besoin d'espace..., juin 2023
Un peu comme si Nimic aussi voulait se faire un road trip... Hier, Mainor, chef technique du CRYC, m'annonce qu'il faudra bientôt le déplacer pour permettre des travaux sur le bateau coincé derrière.
Ce matin, donc, Nimic II a enfourché le travel lift pour un salut aux points cardinaux avec l'aide de toute l'équipe...
Sud-Est, juin 2023
Nord-Est, juin 2023
Sud, juin 2023
Posé devant le petit bain, juin 2023
On attend le passage du convoi, juin 2023
Laissez passer !, juin 2023
Ca y est, il est passé, juin 2023
On se prépare à repartir, juin 2023
Nord, juin 2023
Sud-Est, juin 2023
Ouest, juin 2023
...avant de se retrouver quasi au même endroit, juste quinze mètres derrière, et l'autre devant :)
On est arrivé, juin 2023
Vérification du nouveau piètement, juin 2023
Bilan, petite promenade de santé pour Nimic, exercice de coordination pour l'équipe
Mainor, le superviseur, juin 2023
Walter, le pilote, juin 2023
Le petit bleu qui va se remettre devant, juin 2023
...et pour moi la possibilité de gratter et peindre les points de coque jusque-là cachés derrière le piètement, hihi.
Yapluka !, juin 2023
Entre les gouttes, lol, juin 2023

lundi 19 juin 2023

Road trip à Paso Canoas

Vendredi 6h36: Dans le bus pour Quepos et le changement vers Paso Canoas, juin 2023
Voilà pourquoi j'aime tant voyager en bus... On se lève tôt pour attraper celui qui va permettre un trajet optimisé.
5h03 Vendredi : Caldera depuis l'arrêt de bus du CRYC avant le lever du soleil, juin 2023
5h33: Au passage du bus à Caldera, juin 2023
6h30: Les villages émergent de la brume, juin 2023
On s'immerge dans le quotidien des locaux.
6h41: Lycéens d'Herradura en route vers Jaco, juin 2023
6h43: Tiens, un nouveau KFC à Herradura !, juin 2023
6h53: Accueil cool à Jaco, juin 2023
6h55: A Jaco, tous les espoirs sont permis !, juin 2023
7h47:  Parrita, le bus pour Las Lomas, juin 2023
On admire des paysages imprenables sinon.
9h40: Estuaire de Dominical, juin 2023
11h03: Tiens, une banque !, juin 2023
11h40: Une quebrada comme une autre..., juin 2023
11h44: Maison au milieu de nulle part..., juin 2023
12h00: Chemin qui mène nulle part..., juin 2023
On découvre le dédale des administrations locales, on se plie à leurs exigences et on en ressort gagnant.
Vendredi 12h29: Vous m'entendez ?, juin 2023
12h53: Allô, Paso Canoas ?, juin 2023
12h54: Panama, je vous reçois !, juin 2023
Samedi 8h17 : Poc, poc, poc... triplé gagnant !, juin 2023
On a fait une halte nocturne bien méritée au frais des montagnes du Panama.
16h03 Vendredi : Gîte Soursop à Cueta, près du Volcan, juin 2023
5h53 Samedi : Accueil familial, juin 2023
5h54: Chambre au calme... et au frais !, juin 2023
Depuis le taxi, on a eu tout loisir d'aviser les puissantes infrastructures du Panama.
Samedi 6h27: Ciel de traîne au lever du soleil, juin 2023
6h37: Ya du monde sur l'Autoroute Panaméricaine), juin 2023
Il n'y a plus qu'à rentrer au rythme des nombreuses haltes et changements, en découvrant les merveilles locales.
9h37: Halte à Rio Claro, juin 2023
9h39: Rio Lagarto, juin 2023
11h21: Pause déjeuner à Uvita, juin 2023
12h09: Rio Baru, juin 2023
12h34: On a changé à Quepos, juin 2023
12h34: Boca Vieja, juin 2023
12h38: Ruta Nacional 34, Costarena Sur, juin 2023
12h38: Rio Cotos, juin 2023
12h39: Sur le chemin de Damas, juin 2023
12h41: Paquita, juin 2023
12h41: Gasolina Paquita, juin 2023
13h43: Rio Tulin, juin 2023
13h45:  Quebrada Amarilla, juin 2023
13h57: Playa Hermosa, juin 2023
13h59: Playa de Tucan, juin 2023
14h01: Punta Jaco, juin 2023
14h02: Mirador de Jaco, juin 2023
14h02: Isla Herradura, juin 2023
Samedi 14h17: On rentre à la maison !, juin 2023
On regagne ses pénates, à bord de Nimic II, en un temps record : moins de trente-six heures. Finances et planète sauvegardées, on peut s'atteler à la suite du programme !

jeudi 8 juin 2023

Tornade

Trois heures de l'aprèm, hier... J'étais planquée sous le capot de la descente, à regarder tomber les trombes de pluie en scrutant d'épais nuages noirs, pour comprendre où diable pouvaient bien tomber ces coups de foudre que je comptais à moins d'une seconde. Comme la veille. Et l'avant-veille.
De l'autre côté de la rivière, Mainor, le chef technique du CRYC, avait traversé la route pour pister la tornade qui passait le long de la plage, d'Est en Ouest à la vitesse d'un bolide ! Merci à lui d'avoir partagé ses enregistrements :)

Du coup, j'ai compris pourquoi il y a des moments où il y a de l'eau qui tombe du ciel alors qu'on n'y voit aucun nuage, lol, et aussi que je vous ai raconté des salades dans mon précédent post : on est bien en saison des pluies, et même version amplifiée, hihi.

vendredi 2 juin 2023

Un pour vingt-quatre...

...tel est le taux d'activité d'une mamie septuagénaire, en zone tropicale humide agrémentée par El Niño et le changement climatique ! De fait, quand je travaille à la préparation de la peinture de la coque (de préférence le matin à la fraîche), je suis tellement fatiguée au bout de deux heures que je mets deux jours à m'en remettre. Parce qu'en ce moment, même la nuit, les températures ne passent jamais sous les 30°C, et dépassent largement 40°C au plus fort de la journée, ce qui me transforme en serpillère à essorage multiple. Je dors peu. Outre les moustiques ou autres bugs invisibles, je suis assaillie de diverses courbatures et douleurs musculaires dont il est difficile d'affirmer qu'elles sont causées par la déshydratation, le manque d'entraînement au maniement des outils abrasifs et autres pinceaux, ou simplement mon (dés)équilibre thyroïdien.
Tiens... un pélican ! juin 2023
Ma combativité est intacte ! J'ai dérouillé le fond de la cambuse, où m'avait amené ma chasse quotidienne à la colonie de cafards qui s'est installée dans les isolations en polyuréthane en remontant par l'évacuation de l'évier.
Fond de cambuse rouillé, juin 2023
Décapage de rouille, juin 2023
Conversion de rouille, juin 2023
Vous avez dit rouillé, le fond de cambuse ?, juin 2023
Cambuse dérouillée :), juin 2023
J'ai vaincu la quasi-totalité des piètements des chandeliers de la filière du pont, qui d'ordinaire pissent allègrement la rouille. Et j'ai définitivement pris le contrôle de la boîte dorade du poste avant. Notez bien, je vous annonce ça un mois seulement après avoir repeint... Il a bien plu depuis, ce qui donne de l'espoir, mais nous ne sommes pas encore passés à l'épreuve de l'eau de mer. Il faut bien s'encourager, non ? La rouille s'invite un peu partout, comme par exemple derrière le piètement du nable du réservoir de fuel... Et là, bonjour pour la dénicher !
Cache-cache à la rouille, juin 2023
Ah... j'ai aussi reçu les nouveaux coussins du carré, ce qui m'a valu en prime un échange ferme avec le tapissier qui voulait faire valoir ses talents d'accompagnement de dame esseulée ;) Il a échappé à une belle dérouillée, celui-là !
Nouveaux coussins du carré, juin 2023
A côté de Nimic, il y a le travel lift du chantier, qui reçoit lui aussi son lifting périodique. Il a maintenant l'air quasi neuf, de quoi lui confier son bateau sans hésiter, hehe !
Dérouillages en projets, juin 2023
Et de toutes façons, puisque - par la force des circonstances - je suis maintenant abonnée à V&V, haha, je constate que le match acier/fibre de verre tourne décidément en faveur du premier de ces matériaux, merci Papa ! Il n'y a plus un seul numéro sans récit sur le vif de l'attaque d'un troupeau d'orques au safran d'un voilier de croisière, ou encore du naufrage d'un autre à cause d'une collision avec une baleine. En synthèse, l'acier fait des bosses et reste étanche là où la fibre casse et ouvre des voies d'eau incontrôlables. Mais l'acier, il faut l'entretenir soigneusement, et ça fatigue ! Tout ça pour dire que Nimic retrouve progressivement un petit air de neuf, alors que nos trois mois de nav depuis la dernière peinture à Chaguaramas avaient prouvé que j'y avais été trop impatiente : les nouvelles tôles laissaient apparaître un voile de rouille, par manque de primaire à leur première peinture.
Rouille à tous les étages, juin 2023
Rouille à l'étambot, juin 2023
Conversion de coque, juin 2023
Dérouillée promise, dérouillée due !, juin 2023
Hélice en majesté, contours dérouillés, juin 2023
Yapuka peindre, entre les gouttes !, juin 2023
Mais ça demande de l'énergie et du temps ! Du coup, il faudra que j'aille encore faire un petit tour en dehors des frontières (Panamá, Nicaragua, Guatemala, France ? Je n'ai pas encore décidé, soyez prêts à tout !) pour renouveler mon visa tico avant de reprendre la mer...
PS : A l'heure où je poste, selon le principe du 1/24, je pensais me remettre au travail sur la coque... Mais il pleut sans arrêt depuis vingt-quatre heures ! En pleine saison sèche ! C'est une incitation à l'oisiveté, ça, non ? Ou à la mobilisation militante, peut-être...

vendredi 5 mai 2023

Puntarenas avec anniversaire à Flamingo

Ah, tiens, revoilà le matelot du bord... celui qu'on avait déjà vu à Herradura en décembre dernier et au jardin du Luxembourg en... novembre 2014 ? Si on le cherche, on le trouve sur la Playa Grande de Tamarindo, dans les vagues. Et là, derrière, ça pourrait bien être son papa...
Matelot à Playa Grande avec son papa, mai 2023
Playa Grande de Tamarindo, mai 2023
Matelot au surf, mai 2023
Matelot à la crête de la vague, mai 2023
Revoilà aussi le mousse, qu'on avait déjà vu à bord en août 2015 et 2017 à Noirmoutier. Même s'il paraît un peu timide devant son cousin, il y a de la ressource du côté du papa ou des oncles pour le faire progresser...
Moussaillon et son papa, mai 2023
Moussaillon à l'approche de la vague, mai 2023
Ouh là, c'est mouillé ! lol, mai 2023 Moussaillon et ses coachs, mai 2023
C'est qu'ils sont difficiles à attraper tous à la fois, ces cinq garçons qui habitent dans trois pays différents. Le meilleur spot, c'est quand même face à la vague, comme ici, à Playa Flamingo :)
Il y en a cinq, ça se fête !, mai 2023
Sinon, c'est en solo ou en groupe plus ou moins constitué, par exemple sur le monkey trail...
Paysages du Guanacaste, mai 2023
Déviation du Guanacaste, mai 2023
Crocodile à l'affût, mai 2023
ou dans la piscine à débordement...
Piscine à 360°, mai 2023
...avec déversement sur le Pacifique, mai 2023
Capitaine avec doigts de pied en éventail  ;), mai 2023
On a passé des vacances de milliardaires pour cette première occasion d'être réunis en agapes familiales.
Coco Loco sur Playa Flamingo, mai 2023
Playa Flamingo, mai 2023
On s'y est tous mis, parce qu'il y avait quand même beaucoup à fêter : soixante-dix ans pour la capitaine, trente ans de navigation pour Nimic II et dix ans du blog de Nimic II, ça fait plusieurs belles occasions de bougies, non ? Les voilà rassemblées grâce à l'orchestration de l'aîné, la logistique du cadet et le financement du benjamin.
Feliz Cumpleanos en chocolat, mai 2023
Mais bon, les vacances sont finies, j'ai retrouvé Nimic où je l'avais laissé, au sec sur le chantier du Costa Rica Yacht Club à Puntarenas.
Salle d'embarquement à Puntarenas, mai 2023
Cabine sur dune à Puntarenas, mai 2023
Oh... un iguane !, mai 2023
Bateaux au sec dans la mangrove au CRYC, mai 2023
Nimic II au chantier, parmi les autres, mai 2023
J'ai encore un mois pour terminer les travaux en cours, que j'avais initiés en avril par une nouvelle peinture complète du pont.
Trois mois de mer sur une sous-marine, mai 2023
Nimic II au sec au CRYC, mai 2023
Prise femelle du chantier, mai 2023Prise mâle du bord, mai 2023
Il faut maintenant reconnecter, puis faire les reprises de primaire de la sous-marine bâclée au départ de Chaguaramas. Et ne pas oublier bien sûr diverses bricoles mécaniques, comme l'entretien du moteur, le contrôle des contacteurs du guindeau ou le remontage des enrouleurs après remise à l'eau.
La meilleure nouvelle, c'est que le nouveau traceur arrivé par la caravane tribale s'intègre parfaitement dans le réseau NMEA2000 du bord. Sa nouvelle puce cartographique worldwide nous donne maintenant accès à toutes les destinations, CQFD.
Ca y est, on peut aller jusqu'à Tahiti ! mai 2023 Merci GL, et merci à tous ! Il va falloir quand même penser à créer une casquette étanche pour le traceur du cockpit arrière qui avait pris l'eau...
Et tant qu'à faire du neuf, j'ai lancé la commande pour la rénovation des banquettes du carré :)
Des housses qui ont trente ans..., mai 2023

lundi 17 avril 2023

Index des Saisons du Blog de Nimic II

Dix ans de billets sur le blog de Nimic II ... ça fait beaucoup de pages à faire défiler pour rechercher des informations anciennes. Voici donc un récapitulatif classé par saison.

Index Préliminaires 2013-2014
En 2013 et 2014, 15 billets pour s'interroger sur les origines et les perspectives de Nimic II.

Index Saison 2014
Découverte, évaluation et prise en mains de Nimic II par Agate et ses amis, en quatre mois et 40 billets.

Index Saison 2015
A l'automne 2014, alors qu'on prépare la campagne des travaux pour l'année suivante, c'est le changement de propriétaire qui s'impose, et laisse sa marque sur l'année 2015 !... en 19 billets.

Index Saison 2016
De la proue à l'étambot, 76 billets pour tout savoir de la remise en état d'une coque en acier. Autant dire qu'habiter à un jet de pierre permet de ne rien en louper, tout en faisant la chronique du port de l'Herbaudière !

Index Saison 2017
En 56 billets, la deuxième année de rénovation a plutôt été consacrée à l'installation de nouveaux systèmes de navigation, ainsi qu'à l'échange d'expériences.

Index Saison 2018
Une année pour tester le bateau et sa skipper solo, en 45 billets.

Index Saison 2019
On pensait atteindre les Canaries en quelques semaines, on a mis huit mois... et 56 billets.

Index Saison 2020
Comment une pandémie transforme un cabotage aux Canaries en plan rénovation, en 30 billets

Index Saison 2021
En 17 billets, escale équinoxiale en Guyane, prolongée pour cause de travaux, livraison de matériel et autres détours métropolitains.

Index Saison 2022
C'est en préparant le bateau pour le Pacifique par le canal de Panama et en passant par la Colombie qu'on devient SDF, en 18 billets.

Index-Saison-2023
Déjà 14 billets pour se préparer à la Patagonie...

Agate : pour me joindre... nimic(arobase)archambeaud(point)eu
Les commentaires sont relus et validés avant publication, et j'en profite pour vous répondre ;)

jeudi 23 mars 2023

Record d'escargot ?

Le 1er mars dernier, après l'ajustage des drosses du gouvernail, Nimic II quittait officiellement Herradura au Costa Rica pour Hawaï.
Nouvelles drosses de gouvernail, mar. 2023
Micael et Hernando à la manoeuvre, mar. 2023
Décapage des coquillages sur l'annexe, mar. 2023
Au revoir Herradura, mar. 2023
Au revoir la presqu'île de Nicoya, mar. 2023
Il vient de réapparaître aujourd'hui à Puntarenas et sa capitaine a entretemps atterri à Bocas del Toro, sur la façade atlantique du Panama ! Bon, d'accord, c'est un peu tiré par les cheveux, mais c'est le résultat combiné de la loi du tourisme maritime tico et des complications de réparation d'un voilier dans un pays qui ne jure que par le tourisme à (gros) moteur. Je vous épargnerai le détail, mais voilà quand même quelques photos...
...de Puntarenas
Arrivée de nuit à la pointe de Puntarenas, mar. 2023
Mouillage d'attente à Puntarenas, mar. 2023
Ponton flottant au CRYC, mar. 2023
Point du jour au ponton, mar. 2023
Paquebot à Puntarenas, mar. 2023
Quartier du port à Puntarenas, mar. 2023
Plage d'Angostura devant le CRYC, mar. 2023
...de Bocas del Toro, où l'on atterrit comme on peut
Arrivée à Bocas del Toro... à pied !, mar. 2023
Bocas del Toro ...en lancha, mar. 2023
Bocas del Toro ...à la voile, mar. 2023
Bocas del Toro ...en sac à dos, mar. 2023
Bocas del Toro ...en coucou, mar. 2023
Bocas del Toro ...en ferry, mar. 2023
Bocas del Toro, un petit bijou pour tous les budgets, mar. 2023
Bocas del Toro, un petit bijou de toutes les couleurs, mar. 2023
Bocas del Toro, un petit bijou de toutes les formes, mar. 2023
Bocas del Toro, un petit bijou pour tous les goûts, mar. 2023
...et du musée national tico à San José, qui se trouve opportunément sur la route de Hawaï, lol...
Coin planqué dans la cordillère d'Amérique centrale, mar. 2023
Les arts premiers à San José, mar. 2023
Autochtones d'hier et d'aujourd'hui, mar. 2023
Qui a inventé la roue ? mar. 2023
Eldorado ou malédiction ?, mar. 2023
Un travail de la pierre sans pareil dans le monde, mar. 2023
Fierté de l'héritage traditionnel, mar. 2023
Ok, ok, on est revenu pour faire les compléments de réparation qui s'imposaient ! Un bien beau circuit pour un tour du monde, non ?
Mais comment diable faisaient-ils ?, mar. 2023

- page 1 de 21